Michelin, trophée de la meilleure assemblée du CAC 40

le
0
©T zoccolan afp
©T zoccolan afp
(lerevenu.com) - Le grand prix de l'assemblée générale, piloté par le cabinet de conseil Capitalcom, en partenariat avec dix institutions de Place*, récompense les entreprises dont l'assemblé générale correspond aux meilleures pratiques de place. La notation utilise une grille d'une centaine de critères définis par un jury co-présidé par Philippe Marini, sénateur-maire de Compiègne et président de la commission des Finances du Sénat, et, cette année, Gérard Mestrallet, P.-D.G. de GDF Suez, société lauréate du grand Prix du CAC 40 en 2012.

Le grand prix du CAC 40 a été attribué à Michelin, pour «l'exhaustivité de l'assemblée et la clarté de la présentation de son modèle économique». Le trophée du SBF 80 est allé à Bic pour «son assemblée extrêmement pédagogique et son focus sur l'innovation». Le prix spécial du jury a récompensé Axa pour «la présentation claire des piliers de sa stratégie et des mutations de son environnement économique». Le trophée de la RSE a couronné Schneider Electric, «pour sa démarche de transparence, de pédagogie et d'intégration du développement durable comme partie inhérente à sa stratégie». Enfin, le prix de la gouvernance est revenu à Bouygues, pour «l'exhaustivité et la qualité de l'information délivrée sur la gouvernance du Groupe -notamment sur le fonctionnement et les travaux du conseil d'administration et sur les rémunérations».

Depuis l'édition 2010 du grand prix, les membres du jury du grand prix de l'assemblée générale proposent -chaque année au mois de février - cinq recommandations pour la saison des assemblées générales à venir, en se fondant sur l'identification des meilleures pratiques observées au cours de l'année précédente. En 2013, les cinq recommandations retenues étaient les suivantes :
1. Présenter - de façon pédagogique- la politique d'innovation en réponse aux enjeux majeurs pour l'avenir;
2. Expliciter la politique de dividende, au regard de la stratégie d'investissement et des besoins en fonds propres;
3. Présenter la politique de partage de la valeur entre les différentes parties prenantes en cohérence avec le projet d'entreprise;
4. Mettre en perspective la rémunération des dirigeants avec la performance intégrée (sociale et financière) de l'entreprise;
5. Valoriser la politique actionnariale et les mesures prises pour favoriser l'investissement de long
terme.

* DJLA Piper, Paris Europlace, AFG, CNCC, DFCG, Essec, IFA, Nyse Euronext, Sfaf et Vigeo.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant