Michelin maintient ses marges, nouveau président en mai

le
0
JEAN-DOMINIQUE SENARD FUTUR PRÉSIDENT DE MICHELIN
JEAN-DOMINIQUE SENARD FUTUR PRÉSIDENT DE MICHELIN

par Cyril Altmeyer

PARIS, 10 février - Michelin a annoncé vendredi que Jean-Dominique Senard, successeur désigné de Michel Rollier, prendrait en mai la présidence du groupe, qui a réussi à maintenir ses marges en 2011 malgré le renchérissement des matières premières et s'est montré un peu plus optimiste pour ses perspectives 2015.

Le numéro mondial du pneumatique avec le japonais Bridgestone s'attend désormais à un résultat opérationnel de 2,5 milliards d'euros en 2015 - contre plus de deux milliards auparavant - et à une croissance des volumes au moins égale à son objectif antérieur de 25% sur la période 2011-2015.

Michelin a enregistré l'an passé une croissance en volumes de 6,7%, inférieure à son objectif fixé à près de 8%, donnant un chiffre d'affaires en hausse de 15,8% à 20,719 milliards, en ligne avec son objectif.

Jean-Dominique Senard, qui prendra les rênes du groupe à l'issue de l'assemblée générale du 11 mai prochain, a estimé que le marché mondial des pneus devrait se contracter au premier semestre, sous l'effet d'une poursuite des déstockages, avant de rebondir au second semestre.

"Le deuxième semestre devrait vraisemblablement compenser le premier", a-t-il dit lors de la présentation des résultats 2011, disant ne pas prévoir de "croissance considérable" sur l'année.

Il a dit espérer que Michelin retrouve en 2013 ses rythmes annuels habituels de croissance des volumes, évalués à environ 4,5%.

Le groupe a toutefois limité le tassement de sa marge opérationnelle à 0,1 point à 9,4% en 2011, en parvenant à plus que compenser l'augmentation des coûts des matières premières par des hausses de prix et des gains de productivité.

Hors effet mécanique des hausses de prix liés au renchérissement des matières premières, la marge aurait été de 10,8% en 2011.

En 2012, le surcoût lié aux matières premières est estimé à environ 350 millions, contre une précédente estimation de l'ordre de 500 millions, après 1,75 milliard en 2011 et 544 millions en 2010.

L'action Michelin s'adjuge 2,28% à 57 euros à 10h09 alors que le CAC-40 cédait 0,77% et que l'indice Stoxx européen de l'automobile prenait 0,3%.

REDRESSER LA RENTABILITÉ DES POIDS LOURDS

Pour cette année, Michelin anticipe une hausse de son résultat opérationnel comparé à 1,945 milliard en 2011, en hausse de 14,7%, et sur une génération de cash flow libre, après un niveau de cash flow libre à l'équilibre en 2011 compte tenu de l'accélération de son plan d'investissement.

"L'élément qui nous a surpris dans la prévision est l'augmentation de l'ordre de 1,9 milliard d'euros des investissements en 2012, alors qu'on aurait attendu une stabilité comparé à 2011", écrit Crédit suisse dans une note.

Jean-Dominique Senard a dit vouloir en particulier redresser cette année la rentabilité du segment des poids lourds, dont la marge opérationnelle avant éléments non récurrents a reculé de 0,9 point à 3,5% en 2011, tandis que les volumes ont particulièrement augmenté en première monte, en particulier en Amérique du Nord.

Le groupe a confirmé viser pour 2011-2015 un cash flow libre positif et un rendement des capitaux employés (Roce) supérieur à 9% chaque année.

Michelin a également annoncé la mise en place d'un programme d'amélioration de sa compétitivité d'environ un milliard d'euros sur la période 2012-2016, dont 500 à 600 millions d'euros sur les coûts de fabrication et de transport.

Michel Rollier tirera donc sa révérence devant les actionnaires lors de l'assemblée générale du 11 mai, au cours de laquelle sera proposé un dividende de 2,10 euros par action au titre de 2011 contre 1,78 euro en 2010.

"La transition est maintenant assurée", a-t-il dit vendredi.

Cyril Altmeyer, édité par Marc Angrand

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant