Michelin confirme ses objectifs malgré les pressions sur les prix

le
0

* Objectif de croissance du bénéfice opérationnel en 2015 confirmé * Michelin plus optimiste sur les volumes et le cash flow annuel * Effet prix-mix-matières 1ères attendu négatif, et non plus positif (Actualisé avec précisions) par Gilles Guillaume PARIS, 28 juillet (Reuters) - Michelin MICP.PA a confirmé mardi son objectif de bénéfice opérationnel annuel, la croissance des volumes et les retombées du plan de compétitivité devant compenser la baisse des prix attendue dans un contexte toujours très concurrentiel. Le fabricant de pneumatiques vise toujours une croissance de son bénéfice opérationnel avant éléments non récurrents et hors effets de changes, bien qu'il attende désormais un effet net prix-mix/matières premières négatif sur l'année, et non plus positif. Il a par ailleurs légèrement augmenté son objectif de croissance de ses ventes en volume, ressortie à +2,4% au premier semestre et attendue désormais supérieure aux marchés, et non plus en ligne. Le cash flow libre structurel, prévu jusqu'ici à environ 700 millions, est désormais vu au-dessus de ce montant. "D'un trimestre à l'autre, notre dynamique de croissance s'est accélérée, ce qui nous rend confiant pour l'ensemble de l'année", a déclaré Jean-Dominique Sénard, président de Michelin, lors d'une conférence de presse. Au premier semestre, le bénéfice opérationnel a augmenté de 9% à 1,26 milliard d'euros, le chiffre d'affaires progressé de 8,5% à 10,497 milliards d'euros et le bénéfice net augmenté de 11,7% à 707 millions. Sur la période, les devises ont eu un impact favorable de 302 millions d'euros et les matières premières un effet positif de 228 millions. En revanche, l'impact prix-mix a été négatif de 426 millions d'euros. Si le recul des prix du pétrole et du caoutchouc est toujours favorable aux coûts de Michelin, elle a aussi des effets négatifs retardés puisque le groupe doit répercuter une partie de ces baisses à ses clients. Michelin a souligné toutefois que le prix-mix s'était amélioré entre les deux trimestres. La dette nette du groupe a plus que doublé sur un an et sur six mois à 1,798 milliard d'euros, contre 707 millions fin décembre et 892 millions fin juin 2014, reflet notamment d'une émission obligataire de 600 millions d'euros. Le communiqué : http://michel.in/1D4CjNS (Edité par Jean-Michel Bélot)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant