Michèle Tribalat : le flux familial concerne près de 100 000 personnes

le
0
Michèle Tribalat, démographe et chercheuse à l'Ined.
Michèle Tribalat, démographe et chercheuse à l'Ined.

C'est la mesure phare et choc du livre Tout pour la France : le candidat à la primaire Nicolas Sarkozy y propose de « suspendre » le regroupement familial jusqu'à l'adoption d'un nouveau traité européen. Combien de personnes cela concernerait-il ? Est-ce une « promesse » réalisable ? Et pourquoi l'extrême droite se focalise-t-elle sur la date fantasmée de 1976 ? Les réponses de la démographe Michèle Tribalat.

Le Point : Combien de personnes sont aujourd'hui concernées par le regroupement familial, et plus généralement par les flux familiaux ?

Michèle Tribalat : Le regroupement familial est la procédure d'entrée de membres de familles d'étrangers sous condition de durée de séjour du demandeur (18 mois), de ressources et d'un logement adéquats. Ce n'est qu'une partie des flux familiaux. Ces derniers comprennent aussi les membres de familles de Français. Font également partie des flux familiaux ceux qui ne réunissent pas les conditions du droit, mais qui reçoivent un titre de séjour « vie privée et familiale » en raison de leurs liens personnels et familiaux. Les chiffres provisoires publiés en juillet pour l'année 2015 sont : 49 657 pour famille de Français, 23 785 pour regroupement familial et 16 046 pour « vie privée et familiale ». Au total, 89 488. Mais les mineurs ne sont pas astreints au titre de séjour (sauf à partir...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant