Michel Sapin promet des baisses d'impôts «dans la durée»

le
3

VIDÉO - Le cadeau fiscal aux plus modestes sera pérennisé en 2015, 2016 et 2017, assure le ministre des Finances, invité dimanche du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. Revivez la soirée politique

«Il y a un sentiment d'injustice des Français qui n'ont pas eu d'augmentation de leurs revenus et qui se mettent à payer des impôts», et ils sont 1,8 million dans ce cas. Ce sont eux qui bénéficieront des annulations d'impôts, lesquelles «seront pérennisées jusqu'en 2017», a précisé Michel sapin, invité du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI».

Le ministre des Finances et des Comptes publics a récusé les accusations d'électoralisme. «Les feuilles d'impôts 2014 arrivent en ce moment», ce qui justifie les annonces actuelles, selon lui.

Ces exonérations de l'impôt sur le revenu coûteront pour l'État 1 milliard d'euros, qui seront financés par l'imposition et les pénalités sur les rapatriements des comptes en Suisse. Les sommes ainsi collectées ont atteint «764 millions au bout de quatre mois, ça marche du feu de dieu». Alors que Bercy avait budgété 800 millions pour 2014, «on aura donc deux fois et demie de plus que cela, ce qui correspond au 1 milliard d'euros», a-t-il démontré.

En réponse à François Bayrou, selon qui l'impôt sur le revenu devrait être un acte civique pour tous: «Je peux comprendre ce raisonnement, mais ce n'est pas adapté au contexte actuel: 30 milliards d'impôts supplémentaires ont été levés sous Nicolas Sarkozy... et 30 milliards de plus, depuis deux ans. On a atteint le bout, il faut prendre le chemin inverse en commençant par les plus modestes.»

Pourquoi la croissance est beaucoup plus forte en Allemagne? Michel Sapin rend hommage aux réformes structurelles mises en œuvre sous Schroeder à partir de 2002, tout en soulignant que depuis le «début d'année 2014, l'augmentation des salaires dans la fonction publique, dans le privé, et la perspective du smic» contribuent à doper la demande allemande. «Non, la bonne manière de faire n'est pas de diminuer le smic», ajoute-t-il.

Dépenses militaires: la loi sera respectée

Tout en soulignant que «nous devons faire 50 milliards d'économies de dépenses publiques, et on les fera», il a fait une mise au point sur «les dépenses militaires pas de même nature que les autres». Il juge les propos de Xavier Bertrand, annonçant jusqu'à 6 milliards d'économies «irresponsables, car il s'agit de la sécurité de la France». Et il ajoute: «La dépense militaire a besoin de programmation, la loi vient d'être votée et sera respectée dans ses équilibres globaux, c'est indispensable. Et derrière les programmes militaires il y a des programmes civils, ce qui a été lancé sera respecté.»

Quant à l'écotaxe, «elle est morte. Votéesous Nicolas Sarkozy, c'est un échec, un fiasco par la complexité du dispositif. Il faut (la) remettre à plat. Le dispositif n'est pas réformable.» La décision devrait intervenir dans les semaines qui viennent,«avant l'été», précise Michel Sapin.

Sur le dossier tout aussi polémique que la renationalisation des concessions d'autoroutes, Michel Sapin répond: «Elles ont été confiées dans des conditions contestables, scandaleuses, exagérément favorables pour les entreprises privées. Au moment où on arrive(ra) à la fin des concessions on remettra dans le jeu ; pas question d'accélérer le dispositif», autrement dit de procéder à des nationalisations, en revenant sur les anciennes concessions.

Alors que les estimations d'économies liées à la réforme territoriale vont de 12 à 25 milliards, le ministre des Finances se contente de rappeler l'état des lieux: «On demande aux collectivités (dans le cadre du programme global de 50 milliards d'euros) 11 milliards d'économies, on n'est donc pas loin de cette fourchette».

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • r.espic le lundi 19 mai 2014 à 09:38

    Sapin : et pour le crédit lyonnais .....Combien?

  • d.jousse le lundi 19 mai 2014 à 09:14

    dans la durée ça ne veut rien dire. on dit 1, 2, 5 ans? Il n'y a qu'en politique que l'on peut s'exprimer ainsi.

  • clausfer le lundi 19 mai 2014 à 08:31

    Nul doute que les cinq ou six millions de retraités qui ne sont pas concernés et qui voient leur pouvoir d'achat baisser année après année, vont vous faire comprendre ce qu'ils pensent de vos magouilles ce 25 mai.