Michel Sapin pour une réforme en profondeur du Code du travail

le
1

PARIS (Reuters) - Michel Sapin a souhaité vendredi que les négociations sur l'amélioration du marché du travail entre le partenaires sociaux débouchent sur une "réforme en profondeur du Code du travail" pour qu'il soit "moderne".

Interrogé sur BFM TV et RMC, le ministre du Travail a insisté sur deux des objectifs visés par le gouvernement français dans les discussions patronat-syndicats qui débutent ce vendredi : faciliter le recours au chômage partiel en cas de difficultés d'une entreprise et mettre fin à l'utilisation "abusive" des contrats à durée déterminée (CDD).

Mais il a écarté la création d'un contrat de travail unique, estimant qu'il ne fallait pas en la matière se reposer sur des "concepts globalisés".

S'agissant du chômage partiel, qui permet d'éviter le recours aux licenciements, Michel Sapin a estimé qu'il était "très peu" utilisé en France, contrairement à l'Allemagne, "où il y a moins de chômage qu'avant la crise".

"Donc il faut utiliser beaucoup plus le chômage partiel et faciliter son utilisation", a-t-il dit, ajoutant que la formation des salariés pouvait prendre le relais "pendant une période où l'entreprise travaille moins".

"C'est le bon moment pour faire en sorte que les salariés aient une formation qui soit adaptée aux enjeux, et à l'avenir", a-t-il indiqué.

Pour les contrats de travail, le ministre a déploré que moins d'un jeune sur cinq entre sur le marché du travail via un CDI, parlant d'une véritable "insécurité" pour les salariés.

"Il faut attendre 28 ans pour que la moitié des jeunes soient en CDI. L'autre moitié est toujours en train de galérer. Donc cela ce n'est pas normal", a-t-il ajouté.

"Cela ne veut pas dire qu'il faut supprimer les CDD. Mais il y en a beaucoup trop", a-t-il encore dit en se prononçant une nouvelle fois pour que les entreprises soient pénalisées en cas d'"utilisation abusive des CDD."

Il a évoqué la possibilité de moduler les cotisations sociales qui seraient relevées pour les CDD et diminuées pour les CDI, tout en soulignant que la réponse appartenait aux partenaires sociaux, qui ont jusqu'à la fin de l'année pour parvenir à un accord.

"De toute façon, il y aura une loi (...) l'objectif c'est de réformer en profondeur le Code du travail. Nous souhaitons réformer en profondeur ce Code du travail pour que ce Code du travail soit un Code du travail moderne", a-t-il dit.

Yann Le Guernigou, édité par Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dub22 le vendredi 14 sept 2012 à 12:38

    Chiche!!!! mais tout dépend de ce qu'on met derrière le terme "moderne"!!!! Et avec les soces on peut être soucieux!!!