Michel Sapin juge atteignable l'objectif d'une décrue du chômage

le
4
MICHEL SAPIN JUGE ATTEIGNABLE L'OBJECTIF D'UNE DÉCRUE DU CHÔMAGE
MICHEL SAPIN JUGE ATTEIGNABLE L'OBJECTIF D'UNE DÉCRUE DU CHÔMAGE

PARIS (Reuters) - Les trois millions de chômeurs en France métropolitaine, une barre dont le franchissement devrait être confirmé mercredi, sont entièrement imputables à la politique de l'ancienne majorité, a déclaré mardi le ministre du Travail, Michel Sapin.

Intervenant devant l'Association des journalistes de l'information sociale, il a estimé que le gouvernement de François Hollande ne pourrait être jugé sur sa politique en la matière qu'une fois mis en place des dispositifs comme les emplois d'avenir ou les contrats de génération.

Pour autant, Michel Sapin a jugé que l'objectif d'un inversement de la courbe du chômage, fixé pour fin 2013 par le chef de l'Etat, était "parfaitement atteignable".

Le ministère du Travail doit publier mercredi les chiffres du chômage pour août, mais le ministre avait préparé le terrain en indiquant début septembre que la barre des trois millions de demandeurs d'emplois en France métropolitaine, frôlée en juillet, était "déjà dépassée".

Michel Sapin a fait valoir mardi que, en tenant compte de l'Outre-mer, les trois millions de demandeurs d'emplois étaient déjà là à la fin du quinquennat de Nicolas Sarkozy.

"C'est la barre la plus lourde, la plus dure, la plus caractéristique de l'échec de Nicolas Sarkozy et de la majorité qui l'a soutenu pendant cinq ans. Lui qui voulait faire baisser le nombre des chômeurs est parti avec trois millions de chômeurs", a-t-il dit.

A la question de savoir si le gouvernement ne faisait pas preuve de trop d'optimisme avec l'objectif d'inverser la courbe du chômage d'ici fin 2013, il a répondu : "Les Français aujourd'hui sont obsédés par le chômage (...) un gouvernement qui n'apporterait pas un objectif, qui ne se mobiliserait pas autour de cette volonté d'inverser la courbe du chômage ne serait pas un gouvernement responsable."

Prié de dire à partir de quand il pourrait être jugé sur sa politique en matière d'emploi, Michel Sapin a estimé qu'il faudrait attendre la mise en place d'outils comme les emplois d'avenir ou les contrats de génération combinée aux effets d'"une politique européenne nouvelle de croissance et de stabilité."

"Aujourd'hui, la réalité c'est la réalité telle qu'elle nous a été laissée par nos prédécesseurs (...), dans les mois qui viennent la mise en oeuvre de nos outils permettra de juger de la pertinence ou non de la politique que nous menons."

Yann Le Guernigou, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote le mardi 25 sept 2012 à 13:42

    Pauvre échevelé...

  • M6920174 le mardi 25 sept 2012 à 13:36

    Michel SARKO maintenant terminé à la gauche de jouer . Comme je doute de vous tous donc fin 2013 GROSSE CATA 3,3 millons de chomeurs . Je vous promet la grosse M E R D E ....

  • nayara10 le mardi 25 sept 2012 à 13:00

    l'Association des journalistes de l'information sociale.la mise en place d'outils comme les emplois d'avenir ..Cela Fait très Soviète Suprème...trois millions de demandeurs d'emplois en France métropolitaineTous ne veulent pas obligatoirement travailler

  • paumont1 le mardi 25 sept 2012 à 12:58

    fin 2013, le rendez-vous est pris, nous jugerons au résultat!