Michel Sapin : "Il faut s'attaquer à l'optimisation fiscale des grandes entreprises"

le
31
Sur le dossier grec, la relance en Europe comme sur l'évasion fiscale, le ministre des Finances a répondu au Point.fr.
Sur le dossier grec, la relance en Europe comme sur l'évasion fiscale, le ministre des Finances a répondu au Point.fr.

Les ministres des Finances du G20 et les banquiers centraux sont rassemblés depuis lundi, à Istanbul, pour un G20 finances sous la présidence turque. La France essaie de pousser trois dossiers : la lutte contre l'optimisation fiscale des grandes entreprises et le financement du terrorisme ainsi que le financement de la transition énergétique. Mais le dossier grec parasite les discussions. Interview. Le Point.fr : Si la Grèce n'est pas officiellement à l'agenda du G20, elle est dans toutes les têtes. Vous avez souhaité être un "trait d'union" entre Athènes et les autres capitales européennes. Comment peut-on à la fois dire aux Grecs qu'il faut respecter les règles européennes et prendre en compte la nouvelle donne issue de l'élection ? Michel Sapin : D'abord nous devons tous respecter le vote grec. Je ne comprends pas ceux qui voudraient qu'on fasse comme si ce vote n'était pas intervenu, comme il n'y avait pas une nouvelle majorité, un nouveau gouvernement. Dire qu'il suffit de faire comme avant n'est pas la bonne manière de faire. Tout démocrate doit prendre en compte ce qui s'est passé. À entendre votre homologue allemand, Wolfgang Schaüble, ce n'est pas évident... Je vais me répéter : un des éléments importants, c'est le respect du vote grec. Mais le deuxième élément, tout aussi important, c'est que la Grèce respecte les règles des organismes auxquels elle appartient librement et dont elle ne...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • V.BENACE le mercredi 11 fév 2015 à 10:43

    Nous nous orientons vers une partie de "poker menteur", le Bénélux et d'autres pays faisant tout pour préserver la manne que représente pour eux l'optimisation fiscale des grandes entreprises. Dans cinquante ans on en parlera encore. Ce n'est toutefois pas une raison pour ne rien tenter.

  • soulamer le mercredi 11 fév 2015 à 10:42

    faudrait vite revoir la gabegie publique

  • M3866838 le mercredi 11 fév 2015 à 10:27

    Fait le au lieu de dire qu'il faut le faire.

  • M898407 le mercredi 11 fév 2015 à 09:19

    Qu'il commence donc par s'intéresser à l'optimisation fiscale de ses collègues et amis, dont Cahuzac....

  • idem12 le mercredi 11 fév 2015 à 06:49

    en revanche pas besoin d'optimisation fiscale pour les élus ils ne sont que peu ou pas concernés par les taxes et les impôts....

  • b.renie le mercredi 11 fév 2015 à 06:48

    Il faudrait aussi que le gouvernement s'attaque sérieusement au coût de fonctionnement de nombreuse des ses administrations en effectif excessif par ce qu'aucun véritable action de réflexion et de modernisation n'u a été entreprise depuis des années et des années. Alors il pourra baisser les impôts ce qui réduira l'intérêt de la fraude fiscale. L'impôt tue l'impôt c'est bien connu.

  • SuRaCtA le mardi 10 fév 2015 à 23:17

    Il y a fallu 3 ans au pouvoir pour avoir une idée, il progresse Sapin c'est bien... Mais pas l'ombre d'une solution concrète pour lutter contre l'optimisation fiscale, en effet c'est légal... Encore des mots, toujours des mots, les même mots, rien que des maux....

  • M3366730 le mardi 10 fév 2015 à 20:02

    Il parle là des entreprises détenues en partie ou dont l'état est majoritaire !Il devrait s'occuper en priorité, de ses copains, des fonctions publiques, des régimes spéciaux, l'état, les régions et collectivités au moins 100 milliards d'économies par ans et ne parlons pas des agences d'état qui ont augmentées leur budget en 5 ans de 1 100 milliards d'euros (réglé par le client ou contribuable).

  • M1531771 le mardi 10 fév 2015 à 18:44

    sapin, si tu t'attaquais déjà à celle de tes copains ?!?

  • 445566ZM le mardi 10 fév 2015 à 16:21

    Biensûr. Mais comment on fait ?