Michel remet en cause l'investissement de certains

le
0
Michel remet en cause l'investissement de certains
Michel remet en cause l'investissement de certains

Michel s'est engagé dans un exercice de style particulier mardi : il a défendu son bilan après quatre mois à l'OM, tout en chargeant certains de ses joueurs dont il doute de l'investissement.

« Je ne suis pas fâché mais je suis un peu perdu. » La confession est signée Michel, deux jours après le nul concédé au Vélodrome face au Gazélec Ajaccio (1-1) et à la veille du déplacement à Bourg-en-Bresse en Coupe de la Ligue (18h45). Il faut dire que l’entraîneur marseillais a de quoi être dérouté. Son équipe a enchaîné contre le promu corse un septième match sans victoire à domicile et a manqué une nouvelle opportunité de s’installer dans le premier tiers du classement. Au plus grand dam du technicien espagnol, qui n’épargne plus ses troupes. « Il y a beaucoup de joueurs qui mettent du leur et d’autres qui ne le font pas et qui portent préjudice aux autres », a lancé Michel en conférence de presse mardi, sans donner de précisions sur l’identité des hommes visés par cette remarque.

Michel déjà lassé

Ce qui transpire dans les propos de l’ancien coach de Getafe, du FC Séville ou de l’Olympiacos, c’est une forme de lassitude devant l’irrégularité de sa formation. Et pourtant, il n’est là que depuis quatre mois. « Parfois, on joue très bien et parfois très mal. Cela va faire quatre mois que je suis là, on a changé les positions des joueurs. Les joueurs voient quel est notre système, voient notre discipline. Ils travaillent. On compte sur eux pour mettre un pas en avant. » Mettre son groupe face à ses responsabilités, tel était visiblement le but de la sortie médiatique de Michel. Surtout qu’il s’interroge en vain sur les raisons des difficultés des siens devant leur public. « Pourquoi pour les matchs, on ne parle que de ceux à domicile et pas ceux à l’extérieur ? C’est une question mentale ? Rien ne nous empêche de gagner à la maison et de réaliser le même travail que l’on fait à l’extérieur. » Les chiffres démontrent cependant l’inverse (onze points pris à la maison, treize en déplacement).

Michel : « On cherche des solutions et parfois on les trouve »

Michel se pose des questions, sans se remettre personnellement en cause pour autant. Il brandit la carte du déficit de talent comme la raison principale des soucis de son équipe et sa courbe de performances sinusoïdale. « Je ne pense pas que ce soit une question d’individualisme car si nous avions de grandes individualités, on résoudrait tous les problèmes. Pour gagner les matchs, il faut jouer en équipe. Parfois, le manque de réussite n’est pas toujours une question d’individualisme. On essaie de résoudre cela. Il fallait résoudre le problème de Cabella sur le terrain et on l’a fait. On cherche des solutions et parfois, on les trouve. L’équipe est bien meilleure maintenant que quand je suis arrivé. » Le message a le mérite d’être clair.

Le souvenir de Grenoble encore vif

Sauf qu’il doit trouver un prolongement sur le terrain, où les bonnes performances succèdent aux prestations indigentes et ainsi de suite. Si l’OM suit son rythme d’un match sur deux, franchir l’obstacle Bourg-en-Bresse en huitième de finale de la Coupe de la Ligue ne devrait être qu’une formalité. Mais Michel sait que les choses ne sont pas si simples, le passé récent du club marseillais étant là pour le prouver. « Si on ne rentre pas bien dans le match, une équipe de L2 peut battre une L1. Cela peut faire comme contre Grenoble la saison passée. Ce club mérite que chaque match soit traité avec l’importance que l’on doit apporter. On le prépare comme pour Bordeaux. Je me mets toujours en costume, ma cravate… C’est une sorte de respect pour le club adverse et mon club. Je voudrais que mes joueurs le comprennent. Il faut toujours respecter le rival quelles que soient ses qualités. C’est ma philosophie. » Celle qu’il essaie de transmettre tant bien que mal. Avec le secret espoir que son groupe la fasse sienne le plus vite possible.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant