Michel Platini dénonce une campagne déséquilibrée pour la FIFA

le
0
MICHEL PLATINI DÉNONCE UNE CAMPAGNE DÉSÉQUILIBRÉE POUR LA FIFA
MICHEL PLATINI DÉNONCE UNE CAMPAGNE DÉSÉQUILIBRÉE POUR LA FIFA

ZURICH (Reuters) - Le président de l'UEFA, Michel Platini, s'estime "le plus à même" de diriger le football mondial et dénonce dans une interview publiée jeudi sa récente suspension qui l'empêche selon lui de participer à la campagne en vue de l'élection à la tête de la FIFA à "armes égales".

L'ex-capitaine de l'équipe de France, candidat déclaré à la présidence de la Fédération internationale de football, a écopé début octobre d'une suspension de 90 jours par la commission d'éthique de la FIFA en raison de doutes sur la légalité d'un versement de l'équivalent d'1,8 million d'euros.

"On veut m'empêcher de me présenter car on sait que j'ai toutes les chances de gagner", estime Michel Platini dans le quotidien suisse Le Matin. "J'ai l'impression que l'on ne souhaite pas qu'un ancien joueur dirige la FIFA, comme si on ne voulait pas rendre le football aux footballeurs.

"Mais moi, je suis le seul à avoir une vision transversale du football", ajoute-t-il. "J'ai été joueur, entraîneur de l'équipe de France, dirigeant de club avec Nancy, organisateur d'une Coupe du monde et, aujourd'hui, patron de la plus puissante confédération, un parcours que j'ai accompli avec honnêteté. Je suis, en toute modestie, le plus à même de diriger le football mondial".

L'élection du successeur de Sepp Blatter à la tête de la FIFA est prévue le 26 février.

La FIFA a annoncé mercredi que sept dossiers avaient été transmis à la commission électorale : ceux de Michel Platini et du français Jérôme Champagne, du suisse Gianni Infantino, du sud-africain Tokyo Sexwale, du jordanien Ali bin al Hussein, du libérien Musa Hassan Bility et du bahreïni Salman bin Ebrahim al Khalifa.

L'instance internationale du football a précisé que la candidature de Michel Platini ne serait pas étudiée tant que durerait sa suspension. Michel Platini, qui a fait appel de cette suspension, dénonce dans les colonnes du quotidien suisse une "disproportion" entre les faits qu'on lui reproche et "la violence" de la mesure.

"Cette suspension m'interdit de faire campagne et de me battre à armes égales", estime-t-il. "Elle brouille les vrais enjeux de cette élection pour l'avenir du foot mondial".

(Michael Shields, avec Marine Pennetier à Paris)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant