Michel Onfray dans une vidéo de l'EI : la réaction du philosophe

le , mis à jour le
1
 « Nous devrions, nous la France, cesser de bombarder les populations musulmanes sur la totalité de la planète », avait déclaré Michel Onfray sur LCI, une phrase reprise en boucle par Daesh.
 « Nous devrions, nous la France, cesser de bombarder les populations musulmanes sur la totalité de la planète », avait déclaré Michel Onfray sur LCI, une phrase reprise en boucle par Daesh.

C'est la cinquième vidéo de revendication des attentats de Paris, publiée par l'organisation État islamique. Particularité de celle-ci : elle contient notamment des extraits de plusieurs interviews du philosophe Michel Onfray. Au début de la vidéo, on voit François Hollande, lors d'une allocution où il évoque des « vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie ». Puis très vite apparaît Michel Onfray, interviewé sur RMC et BFM TV.

  

Une phrase répétée en boucle

Plusieurs passages sont repris, et sous-titrés, par le groupe État islamique. À la fin de la vidéo de propagande apparaît un autre court extrait d'une interview de Michel Onfray datant du début du mois de septembre. Le philosophe est alors sur LCI, interrogé par Audrey Crespo-Mara, un entretien également publié sur Le Point.fr. Il déclare : « Nous devrions, nous la France, cesser de bombarder les populations musulmanes sur la totalité de la planète. » La vidéo de l'EI s'achève avec cette dernière phrase, répétée en boucle.

  

Au lendemain des attentats, Michel Onfray avait publié sur Twitter : « Droite et gauche qui ont internationalement semé la guerre contre l'islam politique récoltent nationalement la guerre de l'islam politique. »

  

Jeudi dernier, Le Point avait interviewé Michel Onfray, qui expliquait notamment à la suite des attentats que « la France fait partie depuis le début, hormis...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le dimanche 22 nov 2015 à 14:43

    En 1938 il aurait applaudi les accords de Munich. Il aurait été à Sigmaringen.