Michel : "Les entraîneurs qui n'aiment pas les numéros 10 mentent"

le
0

Après le Rayo, Getafe, Séville et l'Olympiakos, Michel, l'ancien meneur de jeu du Real Madrid à l'époque de la Quinta del Buitre, serait le favori pour prendre la succession de Marcelo Bielsa sur le banc de l'OM. Un homme qui croit beaucoup à l'importance du numéro 10, même s'il portait le 8.

Interview réalisée en été 2013

Que représente pour vous ce numéro 10?
L'importance du 10 dans l'histoire du football est fondamentale. Excepté Cruyff, tous les joueurs qui font que ce sport soit le plus populaire du monde portent ce numéro : Zidane, Platini, Maradona, Pelé Si on aime ce jeu, c'est avant tout grâce à eux.
Qu'est-ce qui différencie le 10 des autres joueurs ?
Les 10 ont toujours été des footballeurs cérébraux. Ils ont le spectacle dans leur tête, ils amusent les stades et donnent vie à la circulation du ballon. Ce sont des références : c'est très rare de voir un joueur porter le 10 et avoir les pieds carrés. En Espagne, on dit souvent : "Dis-moi quel 10 tu as et je te dirai comment joue ton équipe. " Cela veut dire beaucoup de choses. Cela veut surtout dire que la victoire, seule, ne vaut rien, s'il n'y a pas la manière. Et ceux qui se chargent de la manière et de mettre le sceau "qualité", ce sont les 10.
Pourquoi portiez-vous le 8 plutôt que le 10 ?
Lors de ma première année au Real, je portais le 10 avant d'avoir le 8 et c'était une vraie fierté. Après, c'est Gallego, Martín Vázquez ou Laudrup qui l'ont porté. Il était entre de bonnes mains. Aujourd'hui, les joueurs portent des numéros qui ne veulent rien dire, c'est aussi pour cela qu'on a l'impression que les 10 ont disparu. Aujourd'hui, il y a encore des joueurs techniques et spectaculaires qui donnent du sens au jeu. Toutes les équipes en Espagne ont des meneurs de jeu, des cerveaux, quels que soient les systèmes ou la tactique. Que tu sois une équipe défensive ou offensive, ça ne change rien, il faut un leader technique. Pourquoi ? Parce qu'avec eux, le chemin du but est moins long, les 90 minutes sont moins longues et le plaisir est plus grand. Pour tout le monde.
Pourtant certains entraîneurs n'aiment pas vraiment les meneurs de jeu...
Les entraîneurs qui n'aiment pas les numéros 10 mentent. Ceux qui disent qu'ils peuvent se passer d'eux pareil. Le 10 à l'ancienne a disparu, mais il existe toujours. C'est un numéro éternel qui traverse le temps. Aujourd'hui, on parle du neuf et demi, ou de footballeurs comme Xavi qui ne sont pas considérés comme des vrais 10 parce qu'ils jouent plus en retrait. Pour moi, les 9 et demi et les Xavi…









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant