Michel-Edouard Leclerc : «L'État n'est plus un repère»

le
0
INTERVIEW - La révolte des Bonnets rouges exprime un malaise perceptible dans de nombreuses régions françaises, estime Michel-Edouard Leclerc, figure emblématique du patronat breton. Retrouvez l'entretien en intégralité dans le dossier «La contagion» du Figaro Magazine , en vente dès vendredi.

Comment analysez-vous la révolte des Bonnets rouges?

Ce qui se passe en Bretagne reflète un malaise général. Ce que disent les Bretons, c'est ce que pensent les Français.

Soutenez-vous ce mouvement?

Je me suis reconnu dans les milliers de gens qui ont défilé pacifiquement à Quimper, dans l'émotion de ces familles, de ces étudiants, de ces artisans; dans la solidarité positive qu'ils ont exprimée, dans le sentiment d'appartenance qui les a rassemblés. Face à la vague de licenciements annoncés ces derniers mois, c'est davantage en Breton qu'en chef d'entreprise que je réagis.

Que pensez-vous de l'...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant