Michel Destot : "Manuel Valls va devoir affronter une réalité difficile"

le
1
Michel Destot, ancien maire socialiste de Grenoble de 1995 à 2014 et président de l'Association des maires de grandes villes de France.
Michel Destot, ancien maire socialiste de Grenoble de 1995 à 2014 et président de l'Association des maires de grandes villes de France.

Le Point.fr : Vous présidez, encore pour quelque temps au moins, l'Association des maires de grandes villes de France (AMGVF). Comment réagissez-vous au tour de vis de 11 milliards d'euros infligé par Manuel Valls aux collectivités locales ?

Michel Destot : Notre association est favorable à ce que les collectivités locales participent au redressement des comptes publics. Mais l'accélération de la baisse des dotations risque d'avoir des conséquences fâcheuses sur l'investissement public local. Nous avons déjà fait beaucoup pour économiser. Un tour de vis supplémentaire va, à court terme, amputer la capacité d'investissement des collectivités locales, avec pour conséquence une baisse de l'activité économique et un recul de l'emploi notamment dans le BTP. Un recul de seulement 10 % de l'investissement local représente 0,2 % de croissance en moins par assèchement du carnet de commandes des entreprises.

La gauche, qui dirigeait 75 % des grandes villes, en gère désormais environ 50 % après les élections municipales, ce qui risque de vous faire perdre la présidence de l'AMGVF. Comment expliquez-vous cet échec ?

Notre pays a connu un tsunami anti-gouvernemental. Partout, le vote protestataire s'est manifesté. Dans les grandes villes, les résultats finaux ont été modulés selon la présence ou non du FN au deuxième tour, selon le renouvellement ou non du maire sortant, selon la personnalité du candidat. Prenez Lille, Nantes...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le mardi 22 avr 2014 à 17:21

    Le mégalomane Destot, celui qui nous a construit un stade de foot de première division alors que Grenoble est en...on ne sait même plus. Coût d'entretien : 800.000 euros annuels et 5 matches que le Rugby accepte de jouer ici. Voilà Destot donneur de leçon......