Michel Deneken : "J'ai été la cible d'une laïcité de neutralisation"

le
1
Michel Deneken a été élu président de l'université.
Michel Deneken a été élu président de l'université.

Michel Deneken a été la cible de violentes attaques dès le moment où il a annoncé qu'il se présentait à la présidence de l'université de Strasbourg, dont il a été le premier vice-président en charge des finances puis des formations pendant huit ans. Pourquoi une telle ? et soudaine ? animosité ? Parce que l'homme est prêtre. Joint par Le Point.fr, il réagit à la polémique.

Le Point.fr : Pensiez-vous vous retrouver au centre d'une telle polémique ?

Michel Deneken : Pas vraiment. Je suis prêtre depuis 1985, et tout le monde le sait depuis ce moment-là, puisqu'en Alsace-Moselle cela fait partie de l'espace public. J'enseigne la théologie depuis 1989, et je suis le vice-président de l'université de Strasbourg depuis huit ans. Cette polémique montre que dans certains esprits en France, on n'a toujours pas réglé de manière sereine et raisonnable ce qu'est la laïcité. Le vrai modèle français est la neutralité. Las, beaucoup l'interprètent comme une laïcité de neutralisation : les religions sont à bannir des espaces publics. Ces suspicions contre les religions, les procès permanents sur leurs fondements correspondent, à mon avis, à une idée étroite du cadre républicain.

Qui est celle de vos opposants ?

J'ai été confronté à plusieurs types de discours. Mes...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 il y a 11 mois

    Dans notre société française on trouve beaucoup de personne plus sectaires que tous les curés qu'il m'est arrivé de côtoyer, ne serait ce que tous les anticléricaux qui se parent du titre de laïcs , Francs maçons , communistes ..... Sa prêtrise ferait-elle de lui un citoyen de seconde zone ?