Michael Schumacher, le "baron rouge" trompe la mort !

le
1
Michael Schumacher, le Baron Rouge, ici en février 2006 en Espagne avec son écurie Ferrari.
Michael Schumacher, le Baron Rouge, ici en février 2006 en Espagne avec son écurie Ferrari.

Il allait vite, roulait vite, courait vite après la vie et les défis qu'il aimait se donner. Sur quatre roues dès l'âge de quatre ans, il aura martyrisé toutes les mécaniques pour étancher une soif de victoires et de domination qu'il ne lui a pas été facile de délaisser. Après avoir définitivement quitté le baquet de sa "Flèche d'Argent", une Mercedes, en novembre 2012, sur une 7e place à São Paulo (Brésil), pour son 308e Grand Prix, "Schumi" avait un temps envisagé une nouvelle carrière dans le... rodéo. "Mon épouse Corinna a déjà choisi le cheval, je suis prêt", avait alors déclaré l'Allemand, écartant l'idée d'un retour à la compétition automobile. "La F1 offre le maximum d'émotions. (...) Aucune autre voiture ne pourrait me donner les mêmes sensations", avait-il insisté. Lire aussi Michael Schumacher, un géant au volantPoint de rodéo pourtant, mais un poste de "Monsieur Sécurité" chez Mercedes, la marque de Stuttgart, avec un "partenariat à long terme", un titre étonnant pour un homme qui n'a jamais su faire les choses au ralenti. Ce dimanche de fin décembre, le risque était encore présent autour de l'ancien virtuose de l'asphalte quand, en hors-piste, il heurte un rocher, sur les pentes de Méribel, dans les Alpes françaises, alors qu'il skie avec son fils de 14 ans. Premier titre, après une collisionDéjà victime d'un accident de moto, en 2009 en Espagne, dont il était ressorti touché à une vertèbre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 16 juin 2014 à 18:39

    Il me fait penser à cet ancien combattant de 14-18, toujours en première ligne, pas une égratignure, plein de médailles....et puis en étant démobilisé il fête son retour et descend à la cave chercher des bouteilles, il glisse et...se tue. Histoire vraie racontée par mes ancêtres.