Michaël Mention : "France-Allemagne 82 rassemble tous les codes du roman noir"

le
0
Michaël Mention : "France-Allemagne 82 rassemble tous les codes du roman noir"
Michaël Mention : "France-Allemagne 82 rassemble tous les codes du roman noir"

Écrivain de romans noirs depuis prés de quinze ans, Michaël Mention a décidé de s'intéresser au football pour son nouveau livre. Enfin, à une rencontre en particulier, puisque son roman, Jeudi Noir, revient sur l'un des matchs du siècle, le fameux France-Allemagne de 1982. Rencontre avec un homme tombé amoureux d'un match 32 ans après.
Quel est ton rapport au foot ? Je ne suis pas forcément un fan de football à la base. Je fais partie de ces gens qui regardent le foot quand il y a des gros matchs, ou un événement comme une Coupe du Monde, par exemple. Je suis né à Marseille, j'ai grandi là-bas, donc forcément j'ai vécu la finale de coupe d'Europe en 93 avec toute la ville qui faisait la fête. Mais je n'ai jamais dépassé ce stade de supporter occasionnel, car je n'ai pas été initié, en fait. C'est un peu comme une initiation au vin ou à la littérature, ça dépend de l'environnement dans lequel tu grandis. Mon père aimait bien le foot, mais il m'a surtout transmis son attachement à la musique, ce qui fait que je n'ai jamais été très sensible au foot.
Si tu n'es pas un passionné de football, comment t'es venu l'idée d'écrire un livre sur ce match France-RFA de 1982 ? En fait, même si je ne suis pas un fan de foot, j'ai toujours entendu parler de ce match comme quelque chose de fantastique et terrible à la fois, mais sans jamais chercher à en savoir plus. Et puis un soir, en mars dernier, alors que je venais juste de finir un bouquin et que j'avais décidé de prendre une période de repos, je suis tombé sur un documentaire consacré à Michel Platini. Évidemment, dans ce documentaire, il revient sur ce fameux match de 82, comme quoi ça l'a marqué à vie et tout ça. A ce moment-là, il est 1h du matin et je me dis "bon, il faut que je le vois ce match, quand même." Du coup, je suis allé sur Youtube et j'ai regardé le match en entier. Et j'ai complètement halluciné. J'ai fumé un paquet de clopes, je me suis rongé les ongles, ça m'a vraiment pris, quoi. Ça a été un vrai choc, car en tant qu'écrivain de romans noirs depuis 15 ans, j'ai réalisé que ce match rassemble tous les codes du genre : des coups de théâtres de folie, une dramaturgie incroyable, on passe coup sur coup d'un sentiment d'exaltation à celui d'injustice. Au final, très vite, j'ai eu conscience que je pouvais en tirer un livre.
Directement après le visionnage du match, tu décides donc d'en faire un livre ? Exactement. Dés que j'ai fini de le regarder la première fois, je l'ai relancé une seconde fois, et j'ai commencé à le découper en chapitre. J'ai passé une vraie nuit blanche, avec la cafetière qui tourne en continu et dés le...

Quel est ton rapport au foot ? Je ne suis pas forcément un fan de football à la base. Je fais partie de ces gens qui regardent le foot quand il y a des gros matchs, ou un événement comme une Coupe du Monde, par exemple. Je suis né à Marseille, j'ai grandi là-bas, donc forcément j'ai vécu la finale de coupe d'Europe en 93 avec toute la ville qui faisait la fête. Mais je n'ai jamais dépassé ce stade de supporter occasionnel, car je n'ai pas été initié, en fait. C'est un peu comme une initiation au vin ou à la littérature, ça dépend de l'environnement dans lequel tu grandis. Mon père aimait bien le foot, mais il m'a surtout transmis son attachement à la musique, ce qui fait que je n'ai jamais été très sensible au foot.
Si tu n'es pas un passionné de football, comment t'es venu l'idée d'écrire un livre sur ce match France-RFA de 1982 ? En fait, même si je ne suis pas un fan de foot, j'ai toujours entendu parler de ce match comme quelque chose de fantastique et terrible à la fois, mais sans jamais chercher à en savoir plus. Et puis un soir, en mars dernier, alors que je venais juste de finir un bouquin et que j'avais décidé de prendre une période de repos, je suis tombé sur un documentaire consacré à Michel Platini. Évidemment, dans ce documentaire, il revient sur ce fameux match de 82, comme quoi ça l'a marqué à vie et tout ça. A ce moment-là, il est 1h du matin et je me dis "bon, il faut que je le vois ce match, quand même." Du coup, je suis allé sur Youtube et j'ai regardé le match en entier. Et j'ai complètement halluciné. J'ai fumé un paquet de clopes, je me suis rongé les ongles, ça m'a vraiment pris, quoi. Ça a été un vrai choc, car en tant qu'écrivain de romans noirs depuis 15 ans, j'ai réalisé que ce match rassemble tous les codes du genre : des coups de théâtres de folie, une dramaturgie incroyable, on passe coup sur coup d'un sentiment d'exaltation à celui d'injustice. Au final, très vite, j'ai eu conscience que je pouvais en tirer un livre.
Directement après le visionnage du match, tu décides donc d'en faire un livre ? Exactement. Dés que j'ai fini de le regarder la première fois, je l'ai relancé une seconde fois, et j'ai commencé à le découper en chapitre. J'ai passé une vraie nuit blanche, avec la cafetière qui tourne en continu et dés le...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant