Michaël Guigou revient sur la préparation des JO

le
0
Michaël Guigou revient sur la préparation des JO
Michaël Guigou revient sur la préparation des JO

Michaël Guigou, quelles sont vos sensations à quelques jours du début des Jeux ?
Elles sont très bonnes. J?avais déjà commencé à travailler pendant les vacances. J?ai pu faire ma préparation comme il faut et bien progresser physiquement. Le travail a été payant. Je retrouve mes sensations à l?aile après avoir fini au poste de demi centre avec Montpellier. Je ne suis pas encore à 100% mais je me sens très bien.

A propos de ta sélection, est-ce vous pensez qu?elle est légitime ?
Je n?ai aucun commentaire à faire là-dessus. Il y avait un choix à faire, toute autre sélection aurait eu sa logique aussi. Quoiqu?il arrive, ça n?était pas sûrement pas évident de trancher.

Comment s?est passée votre semaine en Andorre ?
On était dans un hôtel superbe, avec un spa luxueux. Il y avait peu de monde. On s?est tourné sur le handball, avec des vidéos sur la défense et l?attaque. On se prépare physiquement au rythme d?un match par jour. La semaine a été très constructive, intéressante. Une grosse somme de travail a été fournie dans un bon été d?esprit. Il y a eu deux demi-journées détente pendant la semaine, dont une où on a visité Andorre-la-Vieille.

Ne pas jouer de matchs, ça ne vous manque pas trop ?
Oui, je suis à la diète là. A trois semaines des JO, j?ai déjà envie de retrouver des sensations sur le terrain. Reprendre les matchs vite, même avec les amicaux et l?Eurotournoi (ndlr : avec l?Espagne, l?Islande et la Tunisie, du vendredi 13 au dimanche 15 juillet).

Comment avez-vous vécu votre forfait à l?Euro, qui est survenu très vite ?
C?était un moment très difficile. J?étais éloigné de Montpellier, des Bleus? Suivre tout ça de loin, me sentir impuissant à ne pas pouvoir aider mon équipe a été très dur. D?un autre côté ; ça me motive encore plus. Au final, ça va faire presque un an et demi que je ne suis plus vraiment avec l?Equipe de France. J?ai d?autant plus hâte d?être à vendredi.

« Il faut se servir de tout ce qui nous est arrivé ces dernières années »

Le groupe s?est-il remis de ce qui s?est passé de l?élimination prématurée à l?Euro en janvier ?
Ce sont des choses qui arrivent. Il faut commencer par l?accepter déjà ; la remise en question est plus que nécessaire dans ces cas-là. Le travail de vidéo a été aussi utile. Mais on essaie de s?améliorer en ne se focalisant pas seulement sur ce dernier Euro. Notre façon d?attaquer l?Espagne ces dernières années n?a pas forcément été géniale donc on peaufine et on essaie de trouver d?autres tactiques.

Allez-vous vous appuyer sur vos succès ou sur le dernier Euro raté pour aborder les JO ?
Ce tournoi est différent car il arrive après le gros échec de l?Euro et plusieurs revers, donc ce n?est pas comme d?habitude. Le discours de Claude Onesta n?est pas le même non plus. Il faut se servir de tout ce qui nous est arrivé ces dernières années, les bons comme les mauvais moments. L?équipe toujours aussi compétitrice, et franchement, entre tous les tournois en clubs ou avec les sélections, les occasions de rebondir ne manquent pas. C?est peut être même un mal pour un bien car, si par le passé si la France a tout le temps gagné, elle n?a pas forcément bien joué à chaque fois. De toute façon, il y a toujours une évolution entre chaque compétition.

La France est favorite des bookmakers devant le Danemark, la Croatie et l?Espagne. Que vous inspire cette tendance ?
Ça va sûrement être le dernier carré, même si l?Islande, la Suède ou la Serbie sont toujours dangereuses sur un match. De notre côté, on se prépare comme des favoris et on va tout faire pour l?être. Ce qui est bien, c?est qu?en ayant déjà gagné les Jeux, on n?a pas la pression. On ne va pas se dire : « C?est la dernière chance pour cette génération de décrocher cette médaille d?or ». Mais ne vous inquiétez pas, l?équipe est toujours aussi motivée. Tout le monde va avoir peur de nous car on a pris un revers en janvier. Notre orgueil a été touché. On ne va pas rester là-dessus. Nous adversaires le savent et nous craignent.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant