Michael Flynn, un revanchard au Conseil de sécurité national

le
0
Michael Flynn en 2014.
Michael Flynn en 2014.

Donald Trump a proposé ce jeudi le poste de conseiller à la sécurité nationale à ce général de l’armée américaine qui avait été poussé à la retraite en 2014.

L’heure de la revanche a sonné pour Michael Flynn. Selon la presse américaine, Donald Trump a proposé jeudi 17 novembre à ce général poussé vers une retraite anticipée en 2014, alors qu’il dirigeait le département du renseignement de l’armée américaine, de devenir son conseiller à la sécurité nationale à la Maison Blanche.

Un poste de choix pour celui qui a rejoint l’homme d’affaires en franc-tireur, alors que le candidat républicain était considéré comme inapte à la fonction présidentielle par une bonne partie de la communauté de la sécurité et du renseignement. Pour couronner le tout, la proposition est tombée le jour même de la démission du patron du renseignement national, James Clapper. Celui-là même qui avait poussé Michael Flynn vers la sortie en arguant d’un caractère incommode.

La présence d’un militaire aux côtés d’un président sans expérience en la matière n’a rien de nouveau. Barack Obama s’était appuyé au début de son premier mandat sur un ancien patron des Marines, James Jones. La trajectoire de Michael Flynn est cependant autrement plus tourmentée. Ses missions successives en Irak et en Afghanistan l’ont en effet convaincu d’un impératif absolu: la lutte contre le djihadisme.

Résilience La conviction profonde de la résilience de ce dernier l’avait placé en porte-à-faux avec l’administration Obama entre la mort d’Oussama Ben Laden, en 2011, et la renaissance spectaculaire d’une branche irakienne de la nébuleuse Al-Qaida, trois ans plus tard. L’ironie de l’h...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant