Miami tente de ne pas céder à la psychose face au virus Zika

le
0
Un avion disperse un insecticide au-dessus du quartier de Wynwood, à Miami, dans le cadre de la lutte contre le virus Zika transmis par les moustiques, le 6 août.
Un avion disperse un insecticide au-dessus du quartier de Wynwood, à Miami, dans le cadre de la lutte contre le virus Zika transmis par les moustiques, le 6 août.

La ville de Floride a hébergé les premiers cas de transmissions « autochtones » survenues aux Etats-Unis (à la suite d’une piqûre de moustique sur le lieu de vie et non lors d’un déplacement à l’étranger). Un premier bébé né avec une grave malformation du cerveau due au Zika est mort à Houston, au Texas.

Moustique, t’es dingue. Nous on fait la fête. » L’inscription aura duré le temps d’un week-end. Dessinés à la craie devant le R House, un bar branché de Wynwood, le quartier des artistes, hipsters et touristes de Miami, les mots ont été balayés par les pluies torrentielles et la réalité des chiffres : le virus Zika s’est installé dans ce petit district de la cité floridienne, vite surnommé par ses habitants, partagés entre inquiétude et insouciance, la « hot zone » ou le « ground zero » de l’épidémie.

Selon un bulletin diffusé mardi 9 août, les autorités sanitaires y ont recensé treize personnes contaminées localement – dix-sept au total pour l’agglomération de Miami. Il s’agit là des premiers cas de transmissions « autochtones », survenues aux Etats-Unis à la suite d’une piqûre de moustique subie par les malades sur leurs lieux de vie et non pas lors d’un déplacement à l’étranger.

« Je ne vais arrêter de vivre pour un moustique, dit Marina, la vingtaine et serveuse au GKB, très chic restaurant péruvien du quartier. Comme mes collègues, je mets un peu moins de parfum et un peu plus d’anti-moustique, à chacun de prendre les précautions raisonnables. »

« Que d’angoisse! » Même son de cloche au MIAM café : « Que d’angoisse, glisse Jack, jeune architecte qui vient de s’installer à quelques pâtés de maisons. Je suis plus effrayé par la peur provoquée par le virus que par les moustiques qui le transmettent. » Un sentiment partagé par son voisin, gérant d’un hôtel de Miami Beac...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant