Mia Electric placé en redressement judiciaire

le
9
MIA ELECTRIC EN REDRESSEMENT JUDICIAIRE
MIA ELECTRIC EN REDRESSEMENT JUDICIAIRE

BORDEAUX (Reuters) - Le fabricant de voitures électriques Mia Electric (ex-Heuliez) a été placé en redressement judiciaire mercredi par le tribunal de commerce de Niort (Deux-Sèvres) avec une période d'observation jusqu'au 12 août, a-t-on appris de source syndicale.

Mia Electric, situé à Cerizay, avait été assigné au tribunal de commerce par une saisine du parquet, inquiet de la situation économique de l'entreprise. Il avait requis le 22 janvier dernier le placement en redressement judiciaire.

Un problème de trésorerie a provoqué un retard dans le versement des salaires de certains des 200 employés, au point qu'ils ont saisi le tribunal des prud'hommes de Thouars en référé.

Les salaires de janvier n'ont pas été versés, a-t-on appris mercredi de source syndicale. Selon cette même source, la direction avait garanti que l'ensemble des salaires seraient versés avant mardi soir.

L'usine tourne actuellement au ralenti, selon une source interne. Seule la production de châssis se poursuit mais la construction des voitures est à l'arrêt faute de pièces.

Mia Electric avait annoncé en octobre dernier l'entrée à son capital d'une société d'investissement présidée par le Coréen Mark Rho dans le cadre de son premier contrat décroché en Asie.

Le nouvel actionnaire s'était engagé à racheter 10% des actions Mia pour 5,3 millions d'euros. Après cette opération, le principal actionnaire de Mia Electric, Focus Asia GmbH, devait passer de 88% à 78% du capital, tandis que la région Poitou-Charentes devait conserver ses 12%.

Cette augmentation de capital n'est toujours pas concrétisée.

Mia Electric est né de la reprise de l'activité véhicule électrique du groupe Heuliez par l'investisseur allemand Edwin Kohl en 2010. Le groupe a été racheté par Focus Asia GmbH en 2013.

Claude Canellas, édité par Sophie Louet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jyth01 le mercredi 12 fév 2014 à 15:43

    Donner de faux espoirs à des ouvriers, c'est gravissime, alors que s'ils avaient été reconvertis (on manque d'artisans à cause du plan emploi dans les administrations de flan-bi, ils nen seraient probablement pas dans cette situation, quitte à changer de région. Le couple Royal-hollande devra rendre des comptes

  • d.e.s.t. le mercredi 12 fév 2014 à 15:33

    Encore un coup brillant de Ségolène, spécialiste de la déconomie hi-tech!

  • M5441845 le mercredi 12 fév 2014 à 14:38

    On est passé de la bravitude à la décrépitude, tout ça sur fond de royale hollanditude... Pendant ce temps,les vitrines françaises se couvrent de cercueils. Ce pays respire la joie de vivritude...

  • mfouche2 le mercredi 12 fév 2014 à 14:34

    netait ce pas la boite que l habitée du poitou voulait renflouer avec l argent des contribuables ?

  • LongR le mercredi 12 fév 2014 à 14:22

    COntinuons à voter socialiste, c'est visiblement la route du succès !!

  • LongR le mercredi 12 fév 2014 à 14:21

    L'Etat dérobe l'argent de ses administrés pour ... rien.

  • lorant21 le mercredi 12 fév 2014 à 14:01

    Mme Royal y avait-elle investi un centime? J'en doute.. quand le contribuable peut le faire.. C'est bête, la photo donne envie d'acheter des pots de yaourt..

  • janaliz le mercredi 12 fév 2014 à 13:47

    Miss Charente Poitou dans la grande tradition du goût... a eu le bon goût d'investir les impôts de ses chers administrés dans ce gouffre à fric qu'est la "mama" mia...

  • M2683479 le mercredi 12 fév 2014 à 13:37

    une affaire royale