Mia Electric mis en liquidation judiciaire

le
9
MISE EN LIQUIDATION JUDICIAIRE DE MIA ELECTRIC
MISE EN LIQUIDATION JUDICIAIRE DE MIA ELECTRIC

BORDEAUX (Reuters) - Le tribunal de commerce de Niort (Deux-Sèvres) a prononcé mercredi la liquidation judiciaire du fabricant de voitures électriques Mia Electric (ex-Heuliez), placé en redressement judiciaire il y a un mois.

Le tribunal estime que la situation de l'entreprise "ne permet pas d'envisager la présentation d'un plan puisque toute poursuite de l'activité se traduirait par une augmentation du passif et que l'entreprise ne dispose pas de la trésorerie nécessaire pour faire face aux délais nécessaires".

L'administrateur judiciaire avait saisi le tribunal en urgence la semaine dernière après avoir constaté qu'une partie des salaires n'était pas payée. La présidente de Mia Electric, Michèle Boos, avait ensuite procédé à un apport pour payer les salariés, ce que le tribunal avait estimé insuffisant au regard des dettes du groupe envers notamment ses fournisseurs.

Elle avait également promis des garanties financières pour faire face aux dettes grâce à un apport du principal actionnaire, le consortium d'investisseurs Focus Asia basé en Allemagne.

"On trouve regrettable qu'on n'ait pas laissé Michèle Boos aller jusqu'à la présentation de son plan prévu pour le 26 mars. On a préféré mettre 200 personnes au chômage", a dit à Reuters Alfredo Dias Couto, délégué CFDT.

L'usine était à l'arrêt depuis plusieurs semaines car les fournisseurs refusaient de livrer des pièces.

Mia Electric avait annoncé en octobre l'entrée à son capital d'une société d'investissement présidée par le Coréen Mark Rho dans le cadre de son premier contrat décroché en Asie.

Le nouvel actionnaire s'était engagé à racheter 10% des actions Mia pour 5,3 millions d'euros. Après cette opération, le principal actionnaire, Focus Asia, devait passer de 88% à 78% du capital et la région Poitou-Charentes conserver ses 12%.

Cette augmentation de capital n'a pas été concrétisée.

Mia Electric est né de la reprise de l'activité de véhicules électriques du groupe Heuliez par l'investisseur allemand Edwin Kohl en 2010. Le groupe a été racheté par Focus Asia en 2013.

(Claude Canellas, édité par Jean-Baptiste Vey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9244933 le mercredi 12 mar 2014 à 16:49

    Désolé pour les salariés d'Heuliez, où il y avait beaucoup de gens compétents. Mais combien d'argent (pas le sien) "investi" à perte par Mme Royal? Je ne lui confierais même pas une camionnette à pizzas.

  • bigot8 le mercredi 12 mar 2014 à 16:24

    en tout cas le contribuable va payé merci Ségo ...

  • bigot8 le mercredi 12 mar 2014 à 16:23

    dire que j avais refusé le poste de Directeur des commandes parce que ma femme ne voulait pas suivre :-)) j ai toujours pensé que ce modèle n était pas assez esthétique et ne se vendrait pas assez bien par contre la concurrence n a pas dormi avec la zoe par exemple et c est l avenir suffit de voir les bouchons qui polluent et ces voitures n ont souvent qu un passager l electrique est au point et encore subventionné

  • a.guer le mercredi 12 mar 2014 à 15:17

    Cela fait combien d'années que HEULIEZ était sous perfusion ?

  • grinchu1 le mercredi 12 mar 2014 à 14:47

    il faut faire payer Ségolène !

  • duine le mercredi 12 mar 2014 à 14:41

    et ça aura couté combien aux contribuables ce renflouement à tout va via la Ségolène et sa Charente et les énarques gravitant autour dont leurs seuls compétences et de ne rien y connaitre au monde de l'entreprise!!!???

  • Bol78 le mercredi 12 mar 2014 à 14:38

    En France on passe son temps à tenter de sauver ce qui ne peut pas l'être à cause des syndicats et à taxer les entreprises qui marchent.Sarko et Ségo étaient à la manoeuvre.

  • rodde12 le mercredi 12 mar 2014 à 14:18

    Les &écolos vont se cotiseed.

  • frede331 le mercredi 12 mar 2014 à 14:04

    Dommage elle est mimi cette petite voiture