Mia Electric, l'entreprise que n'a pas pu sauver Ségolène Royal

le
6
Mia Electric disparaît alors que le secteur de la voiture électrique envoie enfin des signaux positifs.
Mia Electric disparaît alors que le secteur de la voiture électrique envoie enfin des signaux positifs.

Comment ne pas relever le drôle de paradoxe de ces deux informations qui, dans la même semaine, se télescopent ? D'abord, la présentation mercredi en conseil des ministres de la loi sur la transition énergétique. Le texte, enfin sur la table avec près d'un an de retard, consacre tout un chapitre au transport, notamment au développement de la "mobilité électrique". Puis, le lendemain, on apprend, au grand dam de ses deux cents salariés, que l'entreprise Mia Electric sera démantelée et vendue aux enchères. La justice n'a pas retenu les offres de reprise alors que la firme était en liquidation judiciaire depuis mars.

Entre les deux nouvelles, un point commun : Ségolène Royal. La ministre de l'Écologie, qui défendra en octobre son projet de loi devant les députés, a été l'un des principaux soutiens de Mia Electric, basée à Cerizay dans la région Poitou-Charentes, dont elle a été la présidente durant dix ans. L'entreprise est née en 2010 de la subdivision en plusieurs entités d'Heuliez, feu "quatrième constructeur" automobile français. Avec sa gamme de voitures rondelettes et 100 % électriques, beaucoup ont cru à l'époque au sauvetage de cette activité par ses repreneurs allemands. Le ministre de l'Industrie Christian Estrosi s'enthousiasmait pour les emplois sauvés et la présidente de région déclarait vivre... "un des plus beaux jours de sa vie politique" (sic).

Pire moment

Alors, que dire maintenant qu'Heuliez comme Mia...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Cambio17 le samedi 2 aout 2014 à 15:40

    A noter que la Région Poitou-Charentes avec son Altesse Royale a dépensé 20 millions d'euros dans cette entreprise. Quand 2009, elle avait manifesté avec les salariés pur slogan " les carnets de commandes sont pleins..." Au lieu de vendre 12 000 à 13 000 Mia par an, ils en ont vendu 350 à 700... CQFD !

  • nono67 le vendredi 1 aout 2014 à 21:31

    et ca etonne quelqu'un ??? croire qu'il suffit d'injecter de l'argent public pour redresser une boite privée, voila qui est typique de la promotion voltaire et de tous ceux qui sont shootés aux deniers du contribuables . Si seulement les médias pouvaient faire leur choux gras de ce genre de news mais nous sommes en france , l'omerta politico médiatique va faire son oeuvre et enterrer cette info bien vite pour ne pas nuire à la dame du poitou pendant ses vacances !!

  • g.pajot le vendredi 1 aout 2014 à 20:48

    Malheureusement mia n'est pas comme tesla motors... et pourtant nous pourrions faire la même chose.

  • d.barbar le vendredi 1 aout 2014 à 19:30

    ça me rappelle un peu l'histoire de France Télécom avec le minitel. A la pointe un jour, dépassé le lendemain sic...Même aujourd'hui le développement d'un véhicule 100% électrique laisse pour le moins dubitatif (peu d'autonomie, pas de point recharge, recharge lente, prix exorbitant,...) alors il y a dix ans... .Certains parlent de visionnaire, moi je dis douce rêveuse.

  • lilian92 le vendredi 1 aout 2014 à 19:23

    C'est une très mauvaise présidente de région, le pseudo sauvetage de la voiture électrique a coûté très cher aux contribuables.Je pense qu'elle devrait faire autre chose... travailler en usine par exemple payée au SMIG

  • pepitobo le vendredi 1 aout 2014 à 19:17

    pauvre segolene...elle casse tout ce qu'elle touche!!!c'est dire s'il y a du souci a se faire!!!