Mia Electric, ex-Heuliez, a un nouvel actionnaire

le
0
UN NOUVEL ACTIONNAIRE POUR MIA ELECTRIC SENGAGE À MAINTENIR LE SITE DE CERIZAY
UN NOUVEL ACTIONNAIRE POUR MIA ELECTRIC SENGAGE À MAINTENIR LE SITE DE CERIZAY

BORDEAUX (Reuters) - Le constructeur de voitures électriques Mia Electric, ex-branche automobile du groupe Heuliez, a annoncé jeudi l'arrivée d'un nouvel actionnaire majoritaire qui s'est engagé à maintenir son site de Cerizay, dans les Deux-Sèvres, et les 210 emplois qui y sont attachés.

Focus Asia GmbH, un consortium d'investisseurs internationaux, aura 88% de la société, la région Poitou-Charentes conservant sa part de 12%.

"L'arrivée d'un nouvel actionnaire assure la pérennité de l'entreprise et permet à Mia Electric d'envisager une nouvelle période de son développement grâce à une impulsion donnée par son nouvel actionnaire principal notamment dans le développement technique (pile à combustible)", indique la direction de l'entreprise dans un communiqué.

Michelle Boos, représentante de Focus Asia, prend la présidence et succède ainsi à Kirsten Roennau qui occupait ce poste depuis avril dernier.

L'accord entériné par le Conseil de surveillance et l'assemblée générale et sur lequel le Comité d'entreprise a été consulté lundi dernier prévoit la cession des actions d'Impulsus clean Technologies GmbH et de Mia Electric GmbH, qui détenaient 88% du capital à eux deux, au nouvel actionnaire.

Aucun des trois partenaires n'a souhaité communiquer sur le montant de la cession.

Dans le communiqué, Michelle Boos indique que la nouvelle donne "permet à l'entreprise de poursuivre les défis du développement de la société sur le marché du véhicule électrique en France et surtout à l'international".

"Nous avons pour ambition d'accroître les ventes de Mia Electric grâce à une stratégie ambitieuse et adaptée aux industries nouvelles que nous dévoilerons dans les prochaines semaines", ajoute-t-elle.

Mia Electric est née en 2010 de la reprise de l'activité véhicule électrique du groupe Heuliez par l'investisseur allemand Edwin Kohl.

Depuis les ventes n'ont jamais atteint les objectifs. En 2012, Mia Electric se classait cinquième sur le marché de la voiture électrique en France avec seulement 337 véhicules vendus sur un total de 5.663.

En 2013, la centrale d'achat public UGAP a annoncé l'achat de 500 véhicules sur trois ans.

Claude Canellas, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant