MH370 : le fragment d'aile de La Réunion va-t-il livrer ses secrets?

le , mis à jour à 14:44
1
MH370 : le fragment d'aile de La Réunion va-t-il livrer ses secrets?
MH370 : le fragment d'aile de La Réunion va-t-il livrer ses secrets?

Le monde a les yeux rivés sur eux. Ce mercredi aux alentours de 14h, une première douzaine d'experts ont fait leur entrée au laboratoire de Toulouse pour commencer les analyses du fragment d'aile de Boeing retrouvé la semaine dernière à La Réunion. Les scientifiques doivent identifier son origine et sa possible appartenance au vol MH370, mystérieusement disparu au-dessus de l'océan Indien en mars 2014. 

«Les autorités malaisiennes et françaises pourraient être en mesure de faire une déclaration officielle sur la provenance de ce flaperon dans la semaine», a prévenu le vice-Premier ministre australien Warren Truss.

Depuis sa découverte sur une plage réunionnaise mercredi dernier, 16 mois après la disparition du vol MH370, ce volet d'aile d'avion appelé flaperon, d'environ 2 m2, a «été officiellement identifié comme un morceau d'un Boeing 777» par le ministère malaisien des Transports. La probabilité qu'il s'agisse du vol MH370, disparu le 8 mars 2014, est donc réelle: aucun autre accident aérien n'a impliqué ce type d'appareil dans cette région du monde.

Pour Xavier Tytelman, spécialiste de la sécurité aérienne, la relation avec le vol ne fait  aucun doute : «D'un point de vue factuel, on a la quasi-certitude qu'il s'agit du vol MH370 mais on recherche des preuves juridiques». 

Une analyse technique approfondie

L'analyse de traces de peinture et de certaines inscriptions devrait également éclairer les enquêteurs. «Chaque compagnie aérienne peint ses avions d'une certaine façon et on doit pouvoir identifier que c'est bien une peinture provenant de Malaysia Airlines. Si la peinture est utilisée par Malaysia et d'autres compagnies, on pourra peut-être avoir plus de certitudes parce que les autres compagnies n'utilisent peut-être pas de Boeing 777 par exemple», explique Jean-Paul Troadec, ancien directeur du Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA).

La structure métallique de l'objet sera également ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le mercredi 5 aout 2015 à 13:04

    je ne savais pas qu'une moule pouvait aider à un datation ,doit falloir bien doser le filet de citron