MH17 : les enquêteurs néerlandais évoquent un missile de fabrication russe

le
1
MH17 : les enquêteurs néerlandais évoquent un missile de fabrication russe
MH17 : les enquêteurs néerlandais évoquent un missile de fabrication russe

Les experts en charge de l'enquête sur le crash du vol MH17 en juillet 2014 dans l'est de l'Ukraine ont affirmé ce mardi avoir «peut-être» identifié des éléments appartenant à un missile BUK de fabrication russe. L'équipe d'experts «enquête sur certains éléments qui sont peut-être originaires d'un système de missile sol-air de type BUK», a indiqué le Bureau néerlandais pour la sécurité (OVV), chargé de l'enquête sur les causes de la catastrophe, dans un communiqué.

Les éléments retrouvés «sont importants pour l'enquête pénale car ils pourraient donner des informations sur ceux qui sont impliqués dans le crash du MH17». Une source proche de l'enquête a toutefois tempéré ces découvertes : « Nous ne pouvons conclure, en ce moment, qu'il y a un lien de causalité entre les éléments retrouvés et le crash du vol MH17».

Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines avait été abattu le 17 juillet 2014 dans l'est de l'Ukraine avec 298 personnes à son bord. La zone était alors en proie à des combats entre séparatistes prorusses et forces gouvernementales.

VIDEO. Sur le site du crash des hommes présentés comme des rebelles pro-russes

Les deux tiers des victimes étant néerlandaises, les Pays-Bas ont été chargés de coordonner l'enquête sur les causes de la catastrophe, mais également de l'enquête pénale ainsi que de la mission de rapatriement des corps. «Ces éléments ont été retrouvés lors d'une précédente mission dans l'est de l'Ukraine», a ajouté l'OVV. 

INFOGRAPHIE. D'où viennent les victimes du crash ?

La thèse qui embarrasse Moscou

Ces premiers éléments de l'enquête confirmeraient la version défendue par l'Ukraine et les Occidentaux selon lesquels l'appareil a été abattu par un missile sol-air fourni par Moscou aux séparatistes prorusses. La Russie de son côté montre du doigt les forces ukrainiennes. Des membres de l'équipe menant l'enquête pénale, dont des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • noterb1 le mardi 11 aout 2015 à 16:48

    « Nous ne pouvons conclure, en ce moment, qu'il y a un lien de causalité entre les éléments retrouvés et le crash du vol MH17». Pas de quoi en faire un article alors ! si ce n'est pour taper sur la Russie . depuis le temps les prétendus experts devraient avoir fini leur travail . Mais ils ont signé un pacte disant que rien ne serait divulgué ...alors les rumeurs ...