Mexique : une justicière anonyme venge les femmes violées

le
3
Mexique : une justicière anonyme venge les femmes violées
Mexique : une justicière anonyme venge les femmes violées

Dans la ville mexicaine de Ciudad Juarez, théâtre d'une vague de crimes sans précédent contre des femmes ces dernières décennies, une justicière est passée à l'action en assassinant deux conducteurs d'autocar soupçonnés de viols. Les deux hommes ont été abattus d'une balle dans la tête la semaine dernière. Dans les deux cas, des témoins ont identifié le tueur comme étant une femme.

Dans un premier temps, les autorités judiciaires du Chihuahua avaient suivi la piste d'une «vengeance ou d'un crime passionnel», selon leur porte-parole Arturo Sandoval. Mais samedi, plusieurs organes de presse de l'Etat ont reçu un message anonyme revendiquant ces deux assassinats signé par "Diana, chasseuse de chauffeurs". Les conducteurs d'autocar ont souvent été visés par des accusations d'agressions sexuelles, notamment de femmes faisant des horaires de nuit dans les "maquiladoras", les manufactures américaines installées le long de la frontière.

«Mes camarades et moi avons souffert en silence, mais nous ne pouvons plus nous taire, nous avons été victimes des violences sexuelles de conducteurs qui assuraient les liaisons nocturnes des "maquilas" ici à Juarez, mais même si les gens connaissent notre souffrance, personne ne nous défend ni ne fait rien pour nous protéger», explique cette lettre. «Ils croient que nous sommes faibles parce que nous sommes des femmes (...) Je suis un instrument de vengeance», ajoute le texte, prévenant de nouveaux assassinats à venir.

Les autorités ont dressé un portrait-robot de cette femme qui serait, selon des témoins, une brune d'une cinquantaine d'années, mesurant environ 1,65 m et utilisant une perruque blonde. Des policiers en civil ont été déployés sur les lignes d'autocar concernées et 12 cas de viols perpétrés par des conducteurs d'autobus sont actuellement étudiés par la police pour tenter d'établir si la suspecte fait partie des victimes.

A Ciudad ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lm123457 le jeudi 12 sept 2013 à 12:10

    Je la soutiens. Si les gouvernants ne se bougent pas, que ce soit le peuple. Ca me semble un féminisme un peu plus cohérent que celui qui dit qu'il n'existe pas de sexe parce qu'il existe un _genre_. Je ne nie pas qu'il existe un genre. Je les interdis de dire qu'il n'existe pas de sexe.

  • mlaure13 le jeudi 5 sept 2013 à 16:42

    Elle ne serait pas copine avec la Taubira !...

  • 11AB11 le jeudi 5 sept 2013 à 15:31

    au moins elle en a ! et elle a bien raison.