Mexique : l'ouragan Marie rétrogradé, trois pêcheurs disparus

le
0
Mexique : l'ouragan Marie rétrogradé, trois pêcheurs disparus
Mexique : l'ouragan Marie rétrogradé, trois pêcheurs disparus

L'ouragan Marie a baissé d'intensité dimanche dans l'océan Pacifique et a été rétrogradé en catégorie 4 par les météorologues, tandis que trois pêcheurs sont portés disparus dans le nord-ouest du Mexique.

«Malheureusement nous avons trois pêcheurs disparus», a affirmé à la presse locale Wenceslao Petit, directeur municipal de la Protection civile du centre touristique de San José de los Cabos. Des éléments de la Marine militaire sont partis à la recherche de l'embarcation «Tio Chori», qui était sortie en mer avec sept pêcheurs à bord.

Le bateau a chaviré en raison de la forte houle. Quatre pêcheurs ont pu rejoindre la plage à la nage mais trois autres sont toujours recherchés, notamment avec des moyens aériens, a ajouté Wenceslao Petit.

Quatre systèmes cycloniques dans la région

Marie, le huitième ouragan de cette saison dans l'est du Pacifique, s'est légèrement éloigné des côtes et se situe à 335 km au sud-ouest de l'île Socorro, dans la région de Colima, et à 805 km du centre touristique de Cabo San Lucas, dans le sud de l'Etat de Basse-Californie, a indiqué le Centre national des ouragans (NHC) dans son dernier bulletin.

Il est accompagné de vents soufflant jusqu'à 315 kilomètres par heure, et il pourrait continuer à se renforcer au cours des deux prochains jours, selon le Centre basé à Miami en Floride (sud-est). Marie a provoqué de puissantes vagues sur une partie des côtes du sud-ouest du Mexique.

La trajectoire que devrait emprunter Marie jusqu'à vendredi, selon le NHC, du sud-est au nord-ouest. 

«Les houles vont probablement provoquer des vagues et courants violents extrêmement dangereux», ont averti les météorologues. Au Mexique, les services de météorologie ont indiqué samedi que de fortes pluies menaçaient les Etats de Michoacan, Colima, Guerrero, Oaxaca, Jalisco et Nayarit, avertissant qu'elles pourraient provoquer des glissements de terrain et des débordements de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant