Mexique : arrestation du chef du cartel des Zetas

le
0
Mexique : arrestation du chef du cartel des Zetas
Mexique : arrestation du chef du cartel des Zetas

Le chef du cartel mexicain des Zetas, considéré comme le groupe criminel le plus violent du pays, a été arrêté lundi à l'aube avec un garde du corps et un opérateur financier par les forces de la Marine de guerre, a annoncé lundi soir un porte-parole du ministère mexicain de l'Intérieur. L'opération a été menée sans qu'un seul coup de feu soit tiré.

Miguel Angel Treviño, 40 ans, dit «Z-40», a été intercepté par un hélicoptère de la Marine qui s'est posé en face de son véhicule, sur une route secondaire au nord-est du Mexique. Les militaires mexicains ont saisi 2 millions de dollars en espèces, ainsi que huit armes et 500 cartouches.

Treviño, était devenu le chef des Zetas après la mort en octobre 2012, dans une action de la Marine, de Heriberto Lazcano, alias «El Lazca» ou «Le bourreau», dont le corps avait été enlevé par un groupe armé et dont on n'a pas retrouvé la trace. Le Département d'Etat américain avait offert 5 millions de dollars et le gouvernement mexicain 2,3 millions de dollars pour toute information menant à l'arrestation de Treviño.

Cette arrestation est la plus importante au sein du crime organisé depuis la prise de fonction du président Enrique Peña Nieto en décembre. Le mandat de son prédécesseur Felipe Calderon (2006-2012) avait été marqué par une vague de violence qui a fait plus de 70.000 morts en six ans.

Qui sont les Zetas ?

Créé à la fin des années 1990 par d'anciens membres d'un corps d'élite de l'armée mexicaine pour constituer la garde personnelle du chef du cartel du Golfe, Osiel Cardenas Guillen (arrêté en 2003 puis extradé aux Etats-Unis), les Zetas rompirent vers 2010 avec leurs anciens chefs, provoquant une lutte sanglante dans le nord-est du Mexique.

On leur prête de nombreux crimes, dont le massacre de 72 immigrants d'Amérique centrale et du Sud, retrouvés les mains liés dans le dos, dans la cour d'un ranch de l'Etat du Tamaulipas (nord-est), en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant