Meurtre de Valentin : le délire ahurissant de l'accusé Moitoiret

le
0
Condamné en première instance à la perpétuité pour le meurtre du jeune Valentin, Stéphane Moitoiret a multiplié les déclarations délirantes lors de l'ouverture de son procès en appel, semblant confirmer la thèse de ses défenseurs plaidant l'irresponsabilité pénale.

On avait laissé Stéphane Moitoiret et Noëlla Hégo aux assises de l'Ain, fin 2011. Le premier, pareil à un zombie, venait d'être condamné à la perpétuité pour l'assassinat de Valentin, 10 ans, commis à Lagnieu en juillet 2008 ; la seconde, pâle comme un cierge, avait écopé de 18 années de réclusion criminelle pour complicité.

Les revoici, depuis mardi, en appel à Lyon, dans un procès dont l'enjeu - la justice face à la maladie mentale - les dépasse. M. Moitoiret, 44 ans, s'est dilaté. Son corps, devenu énorme, vêtu d'un gilet gris-bleu liseré de blanc, supporte une tête ronde percée de deux yeux de reptile. Surtout, le muet de Bourg-en-Bresse a recouvré la parole, sans doute parce que les méde...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant