Meurtre d'un médecin : un témoin fait basculer le procès

le
0
La cour d'assises du Nord a demandé le report du procès d'un marginal, jugé pour le meurtre en 2002 d'une rhumatologue de Valenciennes. Selon un femme entendue lundi, le meurtre aurait pu être commandité.

Témoin surprise, déclaration fracassante... La cour d'assises de Douai a été le théâtre d'un rebondissement lundi, lors du procès de Mohamed Medjahed, un marginal de 52 ans jugé pour le meurtre particulièrement violent d'une rhumatologue de Valenciennes. Cet homme de 52 ans, divorcé et père de trois enfants, avait été arrêté en 2008, plus de cinq ans après le meurtre. Ses empreintes génétiques correspondent à des morceaux d'ongles retrouvés sur la scène de crime, dans le sang de la victime égorgée dans son cabinet.

Sophie Berkmans, 41 ans, avait été retrouvée morte par sa secrétaire et par sa mère, le 7 octobre 2002. Son cou présentait également des traces de strangulation, et son visage des traces de coups. Sa jupe était relevée, son collant et son slip abaissés. Les enquêteurs n'avaient pas constaté de vol.

Dès l'ouverture du procès lundi, un témoin est venu affirmer que Mohammed Medjahed n'aurait été que le bras armé d'un commanditaire. Cette

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant