Meurtre d'Agnès : la famille pourrait poursuivre l'État

le
0
Le procès de Matthieu M, 19 ans, assassin présumé de l'adolescente, a permis de pointer de sérieuses lacunes dans le suivi psychologique et judiciaire.

Envoyé spécial au Puy-en-Velay (Haute-Loire)

Alors que le procès de Matthieu M., 19 ans, assassin présumé d'Agnès Marin au Chambon-sur-Lignon le 16 novembre 2011, doit s'achever ce vendredi soir aux assises de la Haute-Loire, la famille de la victime envisage de poursuivre l'État pour les dysfonctionnements de la justice mis en lumière au cours des débats.

Certes, l'audience s'est déroulée à huis clos, selon le voeu de Julie*, violée par Matthieu M. en août 2010 alors qu'elle était mineure. Mais une fenêtre de publicité, accordée jeudi et vendredi derniers, a permis de pointer de sérieuses lacunes dans le suivi de Matthieu M. entre les deux crimes. Incarcéré après le viol de Julie, le jeune homme a bénéficié d'une expertise psychiatrique singulièrement bienveillante, le décrivant comme dén...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant