Metz/Nancy : les Nancéiens interdits de derby

le
0
Metz/Nancy : les Nancéiens interdits de derby
Metz/Nancy : les Nancéiens interdits de derby

La préfecture de Moselle a publié un arrêté interdisant le déplacement des supporters nancéiens lors du derby lorrain, vendredi 18 septembre. Une mesure qui tend à devenir de plus en plus systématique dans les stades de football français et a poussé les groupes de supporters nancéiens à interpeller le président de l'UEFA, Michel Platini.

Il était l'un des rares derbys français à ne pas encore être concerné par une mesure d'interdiction de déplacement de ses supporters. C'est chose faite depuis le 27 août, date à laquelle la préfecture de Moselle, qui avait déjà interdit le déplacement des supporters lensois à Saint-Symphorien le 3 août dernier, a publié un arrêté interdisant la circulation des supporters nancéiens sur un secteur englobant une large partie de l'agglomération messine. Motivation principale des pouvoirs publics : le derby d'il y a deux ans qui avait occasionné plusieurs incidents entre les supporters des deux clubs et conduit l'arbitre à interrompre la rencontre à deux reprises.

Michel Platini, interdit de stade ?


Même s'il reconnaît que ce match du 28 septembre 2013 entre les frères ennemis lorrains a été agité, David, responsable du Saturday FC, principal groupe de supporters nancéien, pointe surtout " de nombreux dysfonctionnements dans l'organisation du déplacement et de l'accueil des supporters nancéiens ". Et face à cet arrêté préfectoral, il regrette une décision qui les prive " d'un rendez-vous très attendu par tous les supporters de Lorraine ". Mais plutôt que de lancer un recours auprès du tribunal administratif – requête ayant très peu de chance d'aboutir – les supporters nancéiens ont tenté, en concertation avec l'Association nationale des supporters (ANS), d'interpeller Michel Platini dans une lettre ouverte. De façon assez symbolique d'abord, puisqu'en tant qu'" amoureux " de Nancy - son club formateur - il pourrait, si l'on suit l'arrêté à la lettre, être interdit d'accès au stade Saint-Symphorien. L'argument peut prêter à sourire, mais il n'a pas beaucoup fait rire José Arribas, fils du célèbre théoricien du jeu à la nantaise et entraîneur des Canaris de 1960 à 1976, qui a dû enlever son maillot jaune et vert pour pénétrer dans l'enceinte du nouveau stade de Bordeaux. La faute à un arrêté…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant