Metz : Molinari ne comprend pas les anti-Qatariens

le
0
Metz : Molinari ne comprend pas les anti-Qatariens
Metz : Molinari ne comprend pas les anti-Qatariens
Carlo Molinari, le vice-président de Metz, estime que les nouveaux dirigeants du Paris Saint-Germain ont apporté un plus indéniable au championnat de France. Selon lui, il faudrait être fou pour être contre l'arrivée de nouveaux investisseurs comme les Qatariens.

Agé de 81 ans, Carlo Molinari, l'ancien président emblématique de Metz, est de la vieille école. Mais cela ne l'empêche pas de voir d'un très bon ½il l'arrivée de nouveaux investisseurs au sein du championnat de France. « Si la France est représentée par un grand club, c'est par le PSG, explique l'actuel vice-président des Grenats dans les colonnes de L'Equipe. Sans les Qatariens, il n'y aurait jamais eu Ibra, ni les autres. Qui d'autre aurait eu la surface financière pour amener ce club là où il est ? Nous, on reçoit le PSG le 21 novembre et on affiche complet depuis longtemps. C'est hyper positif. Il faut être complètement con pour être contre les Qatariens ! »

« La Lorraine, c'était le Far West ! »

Conscient des contraintes actuelles, le dirigeant lorrain précise néanmoins sa pensée. « En revanche, il ne faut pas que ce soit pour faire un coup. De toute façon, plus un Européen n'a les épaules aujourd'hui. Le dernier, c'était Moratti à l'Inter Milan mais tout ce qu'il a mis dans le club a été perdu. Malgré sa situation de très haut niveau, il a dû céder le club à un Indonésien (Erick Tohir). Cela signifie bien qu'il y a un déplacement de la richesse. Mes parents ont débarqué ici car la Lorraine, c'était le Far West ! Maintenant, la richesse est ailleurs, chez les Russes, chez les Chinois, chez les Qatariens. Or, c'est toujours l'argent qui a gagné la guerre. »

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant