Metz cale au vert

le
0
Metz cale au vert
Metz cale au vert

En supériorité numérique pendant près d'une heure, le FC Metz, en déficit de talent, n'a pas réussi à faire flancher Saint-Étienne. Mais ce sont bien les Verts qui se sont montrés les plus décevants aujourd'hui.

FC Metz 0-0 AS St-Étienne


À Saint-Symphorien, les Verts n'ont jamais dégagé l'impression de viser l'Europe. En souffrance en première période, ils offrent un triste spectacle qu'Oussama Tannane vient parachever de son oeuvre. À côté de ses pompes comme l'ensemble de ses coéquipiers, le Marocain pète un plomb en prenant deux cartons jaunes en moins d'une minute. Ce garçon, à qui l'on promettait un avenir radieux en Ligue 1 la saison passée, montre son vrai visage depuis plusieurs semaines. Celui d'un joueur talentueux, mais nerveux et inconstant, donc fatigant. Bref, un joueur moyen. Un bon reflet de sa formation ? La question mérite d'être posée.

La Tannane du siècle


Saint-Étienne avait une belle opportunité à saisir. Celle de grimper à la cinquième place du classement. Face à des Messins défaits lors de leurs quatre dernières sorties en Ligue 1, la victoire ne peut pas être une option. Pourtant, l'entame de match est à l'avantage des locaux. Agressifs et habiles dans l'utilisation du cuir, les Grenats déstabilisent le milieu stéphanois. Mandjeck et Erding se mettent en évidence dans le premier quart d'heure, mais une jambe et un hors-jeu bien existant les privent d'un but. Dans la foulée, les Verts imprègnent enfin la rencontre de leur style si particulier. Une possession de balle stérile et des défaillances techniques affligeantes à ce niveau.


Certes, les hommes de Philippe Hinschberger ne montrent pas plus de jeu, mais eux ne prétendent pas à l'Europe. À ce constat, il faut ajouter la bêtise d'un Forézien : Oussama Tannane. Nerveux comme jamais, le Néerlandais enchaîne les fautes stupides, avant d'être sanctionné d'un jaune. Et au lieu de se faire discret tel un pokémon légendaire, le bougre récidive et se fait attraper par l'homme en noir. Carton rouge logique. À onze contre dix, Metz se procure la dernière occasion du premier acte, mais Erding décide de prolonger la saison des vendanges (44e). La mi-temps est sifflée dans un climat très tendu. Et sur un score tout nul.
[H2…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant