«Mettre un terme à la dictature de la corruption»»

le
0
INTERVIEW - À 56 ans, Me Abderrazak Kilani, avocat très respecté, bâtonnier de l'Ordre national des avocats de Tunisie, s'active pour le rétablissement d'une justice indépendante dans le pays.

LE FIGARO. - Les avocats ont joué un rôle crucial dans les manifestations qui ont mené à la chute de Ben Ali. D'après vous, quelles sont aujourd'hui les priorités pour le pays ?

Me Abderrazak KILANI. - La priorité, c'est d'abord le retour au calme pour mettre un terme aux actes de destruction et de violence. Seule l'unité nationale pourra garantir la paix sociale. C'est pourquoi il est important de n'aliéner aucun groupe, aucun parti politique - qu'ils soient communistes, islamistes, indépendants ou autres - pour redonner confiance à toute la population et éviter que le pays ne parte à la dérive. Nous préconisons également une amnistie générale pour tous les prisonniers politiques et un retour des expatriés ayant quitté le pays sous la contrainte. La situation est aujourd'hui critique. Les uns se vengent sur les autres. Il faut en finir avec les pillages et les saccages pour éviter une chasse aux sorcières qui pourrait mener à la guerre civile. C'est pourquoi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant