Métropole Gestion fait des CGPI un axe de développement important

le
0
(NEWSManagers.com) - Le départ de François Carlotti de Métropole Gestion le 31 décembre dernier alors qu'il était arrivé en tant que directeur du développement un an auparavant et l'arrêt de l'activité de multigestion ainsi que le départ de son directeur François Merle auront laissé de nombreuses rumeurs se développer... Notamment celle selon laquelle Métropole Gestion entendait se recentrer sur sa clientèle " historique" , les investisseurs institutionnels. " Tout cela est très beau" , s'amuse François-Marie Wojcik, le président emblématique de la société de gestion interrogé par Newsmanagers, " sauf que c'est faux... Et c'est même rigoureusement le contraire qui se dessine !"

Reprenant point par point ce que l'on avait donc pu entendre ici ou là, le responsable de la société de gestion a tout d'abord reconnu que la crise était exceptionnelle par son ampleur, évoquant une période de glaciation des marchés à laquelle s'ajoutaient de nouvelles contraintes réglementaires - Solvency 2 ou Bâle 3 - impactant directement la gestion des investisseurs institutionnels. " C'est cette nouvelle situation qui a conduit Métropole Gestion à mettre un terme à son activité multigestionnaire dédiée principalement aux institutionnels, désormais peu enclins à investir dans ce type de produits" , a expliqué le dirigeant. " Ensuite" , ajoute-t-il, " nous avons opéré un recentrage sur nos spécialités, à savoir la gestion value au sein de la zone euro et l'Europe, la gestion en matière d'obligations convertibles ainsi que les mandats diversifiés et l'investissement socialement responsable" .

Dans le même temps, la maison a réalisé un resserrement des équipes. " L'idée pour nous" , précise François-Marie Wojcik, " était clairement de raccourcir les circuits de décision de notre maison" . Résultat, le co-fondateur de Métropole et Isabel Levy, directeur de la gestion de la société, assument la direction de l'entreprise. Pour sa part, Eric Boutchnei ? un autre " historique" ? se consacre pleinement à la stratégie de l'établissement, en lien direct avec François-Marie Wojcik.

Dans un second cercle, la direction a procédé à la mise en ligne de cinq responsables dits de la génération suivante dont trois dédiés à l'activité commerciale : Markus Hampel en Allemagne, Alexandre Gardel dédié aux investisseurs institutionnels en France et Romuald de Lencquesaing détaché auprès des sélectionneurs de gérants, des banques privées en France, en Suisse et au Luxembourg et auprès des consultants britanniques. Dans ce cadre, le départ de François Carlotti est le fait d'une divergence de vue sur le développement de Métropole Gestion hors de France, " et non en raison d'un arrêt de l'activité de la maison auprès des conseillers en gestion de patrimoine" .

" Nous menons un développement tout azimuts, y compris vers ces professionnels en France dès lors qu'ils ont une taille suffisante" , insiste François-Marie Wojcik, qui rappelle également les référencements de sa société en Allemagne auprès de trois des cinq grandes institutions financières, la présence de sa maison en Suisse, au Grand Duché et dans les pays francophones et ses succès outre-Manche auprès des consultants. " Sans oublier que dans les autres pays" , remarque-t-il également, " nous pouvons avoir recours à des Third party marketers" .

Dans les faits, les investisseurs institutionnels constituent bien la clientèle principale de Métropole Gestion. Mais partout en Europe, les banques privées, les family office et les groupements de CGPI sont dans le viseur de la maison. " Les institutionnels comptent pour 80 % de l'encours de la société qui est de 2 milliards d'euros" , rappelle François-Marie Wocjik. " Les multigérants y représentent 7 % et les banques privées, asset managers, family offices et groupements de CGPI, le solde. Désormais, il s'agit clairement pour nous de faire progresser cette part en volume" . Et le co-fondateur de rappeler que pour ce faire, sa maison compte sept commerciaux, ce qui n'avait jamais été le cas auparavant. " La marge de progression est importante" , avance le gérant, " la société ayant réalisé l'année dernière 400 millions de souscriptions nettes, essentiellement via la direction générale" .

Quoi qu'il en soit, depuis le début de l'année, les marchés peuvent être un allié précieux pour le développement des affaires de la maison. Avec sa gestion value typée, Métropole Gestion qui a souffert lors du second semestre 2011 a vu ses fonds se reprendre nettement : en un peu plus d'un mois, deux d'entre eux, Métropole Sélection ? le fonds " best of" de la gamme - et Métropole Avenir Europe ont progressé de plus de 12 % pour le premier et de près de 16 % pour le second.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant