Métro, ballon, dodo

le
0
Métro, ballon, dodo
Métro, ballon, dodo

Stéphane Antonini est un homme occupé : adjoint d'Adérito Moreira au Lusitanos Saint-Maur et conducteur de métro à Paris. L'homme à la double casquette a réussi l'exploit de battre Créteil, au 7e tour de la Coupe de France, avec son équipe de DH. Ce samedi, il affronte Moulins au 8e tour de la Coupe de France. Découverte d'un entraîneur passionné et ambitieux, entre identité corse affirmée, amour du jeu et métro parisien.Tu es entraîneur adjoint de Lusitanos Saint-Maur en DH. Ça se passe comment ? J'ai été recruté cette année par Arthur Machado (le président du club, ndlr). Je suis l'adjoint de Pierre Mbappé, entraîneur niveau CFA-National. Dans la continuité de ma marge de progression en tant qu'entraîneur il était important que je puisse avoir un poste comme celui-là. De toute façon, je suis entrain de passer mes diplômes. Aujourd'hui, je suis en pleine formation. Il y a une refonte des diplômes au sein de la FFF qui sont associés à l'UEFA donc tu suis une formation en continu avec des examens échelonnés pendant l'année.

Le match contre Créteil était un peu fou. Vous menez 3-0 à la mi-temps, ça se termine à 4-3 et, en plus, c'est un derby. Elle était comment l'ambiance ? À partir du moment où tu arrives à ce tour-ci, au niveau de la Coupe de France, l'atmosphère est extraordinaire. Rencontrer une Ligue 2 aujourd'hui ça n'est pas à la portée de tout le monde. Pour le derby, en terme de motivation et d'engouement, c'était plus qu'électrique. On parle de deux clubs du même coin, qui ont des histoires qui se recoupent. C'était un derby, on en est sorti vainqueur et c'est le plus important.
Tu dis quoi à tes joueurs quand ils rentrent au vestiaire avec une avance de trois buts ? C'est bête, mais tu leur dis qu'il faut continuer, qu'ils ont encore une marge de progression. En première mi-temps, les joueurs ils ont poussé. En terme de motivation, l'enjeu du match suffit. Avec la qualité intrinsèque des joueurs, issus pour la plupart du haut niveau, c'est beaucoup plus facile. Le championnat de DH est essentiellement basé sur le physique, et en terme d'impact physique on a été au-dessus de notre adversaire. Il y a aussi la qualité technique des joueurs parce que durant la rencontre il n'y a quasiment pas eu de déchet, notamment sur les côtés avec des joueurs qui savent garder un ballon et qui prennent tous les risques pour essayer de marquer un but, ça fait la différence. Après on joue contre une Ligue 2 donc on sait que ça va pousser en deuxième mi-temps donc il faut prévenir les joueurs qu'il va falloir être solide pour conserver le score. Il fallait continuer à conserver le ballon derrière et à progresser vers l'avant et c'est ce qu'on a réussi à faire, même si on a pris des buts...


Tu es entraîneur adjoint de Lusitanos Saint-Maur en DH. Ça se passe comment ? J'ai été recruté cette année par Arthur Machado (le président du club, ndlr). Je suis l'adjoint de Pierre Mbappé, entraîneur niveau CFA-National. Dans la continuité de ma marge de progression en tant qu'entraîneur il était important que je puisse avoir un poste comme celui-là. De toute façon, je suis entrain de passer mes diplômes. Aujourd'hui, je suis en pleine formation. Il y a une refonte des diplômes au sein de la FFF qui sont associés à l'UEFA donc tu suis une formation en continu avec des examens échelonnés pendant l'année.

Le match contre Créteil était un peu fou. Vous menez 3-0 à la mi-temps, ça se termine à 4-3 et, en plus, c'est un derby. Elle était comment l'ambiance ? À partir du moment où tu arrives à ce tour-ci, au niveau de la Coupe de France, l'atmosphère est extraordinaire. Rencontrer une Ligue 2 aujourd'hui ça n'est pas à la portée de tout le monde. Pour le derby, en terme de motivation et d'engouement, c'était plus qu'électrique. On parle de deux clubs du même coin, qui ont des histoires qui se recoupent. C'était un derby, on en est sorti vainqueur et c'est le plus important.
Tu dis quoi à tes joueurs quand ils rentrent au vestiaire avec une avance de trois buts ? C'est bête, mais tu leur dis qu'il faut continuer, qu'ils ont encore une marge de progression. En première mi-temps, les joueurs ils ont poussé. En terme de motivation, l'enjeu du match suffit. Avec la qualité intrinsèque des joueurs, issus pour la plupart du haut niveau, c'est beaucoup plus facile. Le championnat de DH est essentiellement basé sur le physique, et en terme d'impact physique on a été au-dessus de notre adversaire. Il y a aussi la qualité technique des joueurs parce que durant la rencontre il n'y a quasiment pas eu de déchet, notamment sur les côtés avec des joueurs qui savent garder un ballon et qui prennent tous les risques pour essayer de marquer un but, ça fait la différence. Après on joue contre une Ligue 2 donc on sait que ça va pousser en deuxième mi-temps donc il faut prévenir les joueurs qu'il va falloir être solide pour conserver le score. Il fallait continuer à conserver le ballon derrière et à progresser vers l'avant et c'est ce qu'on a réussi à faire, même si on a pris des buts...


...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant