Météo maussade : hmm, une bonne petite raclette !

le , mis à jour à 08:25
0
Météo maussade : hmm, une bonne petite raclette !
Météo maussade : hmm, une bonne petite raclette !

Accrochée à son chariot plein à ras bord, Khalfa, 54 ans, slalome péniblement dans les rayons fruits et légumes du supermarché Auchan d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Les yeux rivés sur sa liste, elle court d'un pas décidé des lentilles aux carottes et des navets aux pommes de terre. « Au menu, ce soir, c'est soupe, annonce-t-elle dans un sourire. Ma fille ne veut plus manger que ça ! » Et ce n'est a priori pas la seule ! La météo maussade du mois de juin, avec ses températures frisquettes et ses trombes d'eau a ainsi fait grimper de 17,2 % les ventes de soupes et potages dans les enseignes de grande distribution par rapport à la même période l'an dernier.

 

 

C'est ce qui ressort des modèles stastiques établis par Climpact-Metnext, le leadeur européen du business de l'intelligence climatique qui aide les entreprises à analyser, quantifier et anticiper l'impact des variations météorologiques sur leurs activités, en croisant leurs chiffres de vente avec la pluviométrie, le taux d'ensoleillement et le niveau des températures.

 

Aussi surprenant que cela puisse paraître, c'est sur les fromages à raclette (si, si !) que l'on enregistre les plus fortes progressions : + 32 % ! « Les infusions ainsi que les plats préparés tirent eux aussi très bien leur épingle du jeu », explique Pascal Bouquet, directeur commercial chez Climpact. Autres stars de nos déjeuners : les plats cuisinés en conserve et notamment ceux qui tiennent bien au corps, comme le cassoulet ou la choucroute. C'est d'ailleurs ce que compte cuisiner Marcelle, 81 ans, pour son repas dominical. « Avec ce temps, je ne sais plus quoi me faire à manger ! », se désespère la vieille dame aux cheveux gris. Même les fruits de saison ne lui font pas envie. « J'ai acheté des barquettes de fraises à quatre reprises depuis le début de l'été, indique-t-elle. C'est tentant quand on les voit sur les étals. Mais j'ai eu beau y mettre le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant