Messi, seul au monde

le
0
Là où il plane aujourd?hui, Messi est seul. Sans rival, estime Pascal Praud.
Là où il plane aujourd?hui, Messi est seul. Sans rival, estime Pascal Praud.

Messi est un géant. Messi a remporté son cinquième Ballon d'or entre la 77e et la 80e minute d'une demi-finale de Ligue des champions. Inutile de voter. C'est fini. Messi est le plus grand. Plus haut que Pelé que ses adversaires ne connaissaient pas. Plus fort que Maradona, génial mais inconstant. Michel Platini ou Johan Cruijff étaient immenses. Le palmarès de Messi, ses titres, ses Ballons d?or, ses statistiques, nombre de buts marqués et passes décisives écrasent la concurrence et placent le Français comme le Néerlandais loin derrière l?icône du Camp Nou. À l?issue du match, Barcelone a célébré longuement son héros. Là où il plane aujourd?hui, Messi est seul. Sans rival.

L'enchanteur du football

Les défenseurs du monde dissèquent son jeu, analysent ses dribbles, anticipent les matches mais tous sont baladés, humiliés, secoués. Trop rapide. Trop agile. Intenable et increvable. Le Munichois Jérôme Boateng a attrapé le tournis, trimbalé sur le deuxième but comme un junior quand Messi  "lui a fait la misère" comme disent les collégiens dans la cour de l'école. Le hashtag "je suis Boateng" fait un malheur sur la Toile. Le deuxième but du Barça entre dans l'histoire en même temps qu?il touche les filets ; il arrive trois minutes après la première réalisation de l'attaquant catalan. Le facteur sonne toujours deux fois. À 0-0, à un quart d'heure d'une rencontre que le Barça domine sans concrétiser,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant