Messi sauve le Barça à Mestalla

le
0

Grâce à un penalty inscrit au bout du temps additionnel par Messi, le Barça repart de Valencia avec trois points cruciaux. Les Blanquinegros ont été convaincants mais ont loupé le coche.

Valence CF 2-3 FC Barcelone

Buts : El Haddadi (52e) et Rodrigo (56e) pour Valence // Messi (22e et 90e+3 sp) et Suarez (62e) pour Barcelone

Pour un premier match à Mestalla, Cesare Prandelli pouvait difficilement espérer mieux. Un affrontement contre le Barça, un public remonté pour pourrir le traître Paco Alcácer avec une Curva Nord bruyante : pour un nouveau départ, le cadre est parfait. Les Blaugranas ont un besoin vital de repartir avec trois points pour ne pas être décrochés du wagon de tête. Déjà privé de Jordi Alba et Gerard Piqué blessés, Luis Enrique doit sortir Andrés Iniesta dès la 12e minute, blessé au genou sur un tacle d'Enzo Pérez. Dix minutes plus tard, sur la première occasion nette de la partie, Messi dégaine et ouvre le score, bien aidé par Luis Suárez, hors-jeu et qui masque Diego Alves. Ce n'est pas parce qu'il ne touche pas le ballon qu'il ne fait pas action de jeu mais l'arbitre valide le but. Valencia réagit. Joao Cancelo déborde Lucas Digne côté droit, centre au cordeau mais Rodrigo Moreno et Nani sont tous les deux trop courts. À la demi-heure de jeu, Messi allume Alves dans un angle fermé mais le Brésilien est à la parade. Déjà courroucé, le public de Mestalla explose quand l'arbitre ne siffle pas penalty pour une faute de Samuel Umtiti sur Rodrigo. Les Ches procèdent par contres et misent tout sur la récupération. Le Barça a le pied sur le ballon et Suárez se procure deux occasions mais Alves sauve la boutique. La routine, en somme. De l'autre côté, Dani Parejo a coup sur coup deux fois la balle de l'égalisation au bout du pied mais il manque soit d'à propos face à Marc-André ter Stegen, soit de concentration pour contrôler un amour de centre en retrait de Nani. Cancelo est bousculé par Digne qui souffre comme pas possible face au Portugais, mais toujours pas de coup de sifflet pour les locaux. Homme de la première période, l'arbitre siffle la mi-temps, raccompagné au vestiaire par des sifflets, des quolibets et des pañuelos. Cela dit, avec seulement 30% de possession de balle et deux tirs au cours des 45 premières minutes, les Blanquinegros ne peuvent pas espérer beaucoup mieux.
[H2…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant