Messi offre le titre au Barça

le
0
Messi offre le titre au Barça
Messi offre le titre au Barça

Ce match avait tout de la passation de pouvoir, il en a été ainsi. Vainqueurs grâce au seul but de Lionel Messi (0-1), les Blaugranas reprennent leur couronne domestique, un an après l'avoir prêté à des Colchoneros certains de terminer sur le podium.


Atlético - Barça
(0-1)

L. Messi (65') pour FC Barcelone.


Qui d'autre que Lionel Messi pour offrir le titre à son Barça ? Personne, forcément. L'Argentin a tenu à le rappeler, à sa manière, chez le champion en titre qui était venu se couronner l'an dernier au Camp Nou. Alors que Cristiano Ronaldo relance un suspense qui tient sur un fil, le dix blaugrana échange avec Pedro et réduit la défense de l'Atlético à l'état de spectateur. Imparable, sa frappe se loge dans le petit filet de Ian Oblak et fait se lever d'un seul homme le banc catalan. Et cette courte avance acquise peu après l'heure de jeu, les hommes de Luis Enrique s'en satisfont amplement.

Undiano retarde l'échéance


L'échauffement blaugrana a pour lui la particularité de ressembler à une kermesse. Les coupelles n'existent pas, les exercices se limitent à des transversales et le seul Ter Stegen, remplaçant en Liga, joue les sparring-partners d'équipiers lui envoyant des missiles. Les rares spectateurs déjà présents dans le Vicente Calderon hallucinent et se demandent s'ils assistent bien au match du titre. Le coup d'envoi sifflé les ramène à la raison. Cette équipe blaugrana se veut pressante et consistante. Malgré une belle frayeur signée Giménez et magistralement détournée par Bravo, les hommes de Luis Enrique croquent le début de rencontre. Lionel Messi, par deux fois, oblige Ian Oblak à la parade, mais le petit bonhomme du premier acte est vêtu de noir. Sur une tête de l'Argentin contrée par la main de Juanfran, puis sur une faute subie par Dani Alves dans la surface mais signalée en-dehors, Undiano Mallenco n'indique aucun penalty. Et provoque l'incrédulité d'une audience pourtant conquise à l'Atlético. Le quadruple Ballon d'or, sur le haut de la barre, et Dani Alves, d'une lointaine minasse sauvée par le portier adverse, offrent quelques frissons à une enceinte qui semble abrutie par la chaleur dominicale. Pour sûr, ses Colchoneros, à la récupération haute pendant un petit quart d'heure, sont loin d'être au taquet.

Iniesta,…









Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant