Messi et Suárez calment un rugueux Atlético

le
0
Messi et Suárez calment un rugueux Atlético
Messi et Suárez calment un rugueux Atlético

Après l'ouverture de score de Koke, Messi et Suárez ont offert la victoire (2-1) et trois points d'avance précieux au Barça. Un match intense que l'Atlético a fini à neuf.

FC Barcelone 2-1 Atlético Madrid

Buts : Messi (30ème), Suárez (38ème) pour le FC Barcelone // Koke (10ème) pour l'Atlético de Madrid

Personne ou chose que l'on abhorre et redoute. Telle est la définition de bête noire. Ou celle de Messi pour l'Atlético de Madrid. En 28 matchs face aux Colchoneros, le génie argentin a planté 25 buts. Sa victime préférée. Cette fois-ci, il a égalisé et réveillé son équipe après une première partie de rencontre largement dominée par les hommes de Diego Simeone. Un autre but de son compère uruguayen fait disjoncter les joueurs de l'Atlético qui troquent un pressing de tout instant contre des tacles assassins. Une victoire 2 à 1 acquise en une mi-temps et qui offre trois points d'avance au Barça sur son concurrent direct.

Leo et Luis sont de joyeux amis


La recette de Diego Simeone est connue. S'il sait l'adapter en fonction de l'adversaire, l'entraineur argentin a un plan clair : empêcher les centraux du Barça de respirer. Un pressing énorme et une première frappe de Saúl détournée par la muraille chilienne, Claudio Bravo. Alors que les téléspectateurs peuvent profiter de ces cinq premières minutes pour régler la luminosité de la télévision (sérieusement, c'est quoi ce choix de maillot pour l'Atlético ?), les hommes de Luis Enrique parviennent enfin à toucher le ballon mais subissent le marquage des soldats du Cholo. Après la première occasion, les Madrilènes vont ouvrir le score. Excellent depuis le début de la rencontre, Saúl offre un centre parfait à Koke seul dans la surface, qui trompe Bravo d'un plat du pied.

Un but qui réveille Neymar et le Camp Nou avec. Le Brésilien prend les choses en main pendant que Messi tente de se défaire des trois hommes que Simeone a placé sur lui. La première occasion des Catalans est pour le quintuple Ballon d'Or. Une timide frappe contrée sur un corner. Augusto Fernández, qui s'est déjà imposé dans le onze des Colchoneros, manque de doubler le score avec une frappe au ras du poteau. Après vingt premières minutes parfaites, les joueurs de l'Atlético fatiguent. Ils enchainent les balayettes et donc logiquement les cartons jaunes. Mangé par ses…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant