Messi, et rien d'autre.

le
0
Messi, et rien d'autre.
Messi, et rien d'autre.

"Madrid, y nada mas", fredonne la chanson de la Décima du Real. Ce week-end, c'était Messi, et rien d'autre. Impliqué comme rarement cette saison, la Pulga a mis à terre le champion en titre. Ce choc mis à part, CR7 n'a pas marqué, Séville a engrangé et Eibar a confirmé.

  • Le partidazo du week-end : FC Barcelone – Atlético de Madrid
    Du sang et des larmes étaient promis aux supporters barcelonais ce dimanche. En accueillant un Atlético chaud bouillant depuis le début de l'année, le Camp Nou s'est rempli avec en mémoire le spectre du titre laissé filé lors de la dernière journée de l'édition précédente de Liga. Pas même le temps de cogiter que le trio strass et paillettes des Blaugranas s'est chargé de réduire à l'état de poussières les velléités madrilènes. Une orgie offensive qui a commencé par un grand-pont divin de la Pulga conclu d'un tacle rageur de Neymar. Rapidement aux commandes, les Barcelonais ont attendu une seconde accélération de leur génie pour prendre un double avantage. Mimine ou pas sur son contrôle, l'Argentin accélère plein fer dans l'axe de la défense dépassée des Colchoneros avant de servir d'un délicieux exter' Luis Suarez. Pan, pan, 2-0. Toujours protagoniste, Messi a concédé un penalty bien généreux transformé par Mandzukic. Entre quolibets, tâcle à la gorge et caresses musclés, il a également trouvé le temps de glisser la balle du 3-1 dans les filets de Moya. Un score définitif, et qui illustre parfaitement la différence de niveau sur les 90 minutes. Méconnaissable, l'Atlético, qui a miraculeusement terminé à 11, laisse filer Barcelonais et Merengues.

  • L'équipe du week-end : le FC Séville
    Sifflé par le Sanchez-Pizjuan pour sa première sortie de l'année – malgré une victoire contre le Celta –, le FC Séville a retrouvé le sourire. A l'heure de la messe dominicale, les Palanganas n'ont fait qu'une bouchée d'Almeria. En deux coups de boutoir à cinq minutes d'intervalle, Iborra, d'un joli coup de pétard (58'), et Koke, en inhabituel renard de surface (63'), ont donné un...




  • Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

    Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
    Devenez membre, ou connectez-vous.
    Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant