Messi et Pastore envoient l'Argentine en finale

le
0

Messi et Pastore à la passe. Et le Parisien, Rojo, Di Maria, Agüero et Higuain à la finition. Portée par l'excellente entente entre Messi et Pastore, l'Argentine s'est qualifiée en finale de la Copa América et a enfin retrouvé son efficacité contre le Paraguay (6-1). Si le match s'est complètement ouvert en seconde période, la première partie a été très disputée.

Argentine 6-1 Paraguay

Buts : Rojo (15e), Pastore (27e), Di Maria (47e et 53e), Agüero (81e) et Higuain (83e) pour l'Argentine / Barrios (43e) pour le Paraguay

"Ce n'est pas le Messi du Barça" ; "C'est un autre Messi" ; "On ne le reconnaît pas, il touche moins le ballon" ; "Il n'a pas le même collectif autour de lui"... Depuis le début de la Copa América, tout a été dit sur le rendement de Leo Messi sous le maillot de l'Albiceleste. Ce soir contre le Paraguay, après avoir marqué un seul but sur pénalty en quatre matchs de compétition, Messi avait l'occasion de changer le cours des conversations de Buenos Aires à Santiago. Et si le match du 10 a commencé doucement avec un grand pont habile et une diagonale dont son pied gauche a le secret, le reste de la partition du 10 a convaincu les sceptiques. Bien aidé par les finitions de Pastore (1 but, 1 passe décisive) et Di Maria (2 buts, 1 passe décisive), le joueur du Barça a pu se transformer en milieu constructeur et dessiner les offensives des siens. Décisif sur 5 des 6 buts marqués, il a délivré 3 passes décisives mais s'est montré hésitant devant les cages.

Le Paraguay pousse, Messi et Pastore contrent


En l'absence de Garay, Martino est contraint de titulariser Demichelis, qui ne devait jouer qu'un match folklorique contre la Jamaïque en ce mois de juin. Le reste de l'équipe est le onze classique de Tata Martino. En face, Ramon Diaz change complètement de stratégie. Il y a deux semaines, l'Argentin avait surpris tout le monde en revenant de 0-2 à 2-2 avec trois changements très offensifs : Benitez, Derlis et Barrios. Cette fois, Diaz choisit de mettre toute sa ligne offensive sur le terrain dès les premières secondes. Et si l'Argentine a le ballon et les jolies ouvertures, le Paraguay a le pressing, les idées claires et même la première occasion. A la 6e minute, une remise parfaite de Nelson Valdez met Santa Cruz en position idéale, mais sa frappe est dévissée. Peu d'occasions en début de match, mais l'accumulation du bon jeu en pivot des attaquants paraguayens et la faiblesse du pressing argentin aboutit sur un constat : le Paraguay joue un meilleur football que son voisin. La première conséquence est arbitrale : un carton jaune pour une violente faute tactique de Rojo, puis un autre pour Biglia pour protestation. La…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant