Messi double les Gunners

le
0
Messi double les Gunners
Messi double les Gunners

Arsenal a tenté, mais Arsenal a échoué. Menaçant par intermittence, les Gunners ont fini par céder face à l'infernal trio catalan, qui, sans être brillant, permet au Barça de ne pas s'angoisser pour le retour.

Arsenal FC 0-0 FC Barcelone

Buts : Messi (71e, 83e) pour le Barça

La MSN est forte. Mais elle est aussi parfois agaçante. Doté d'une puissance de feu hors-norme, le trio du Barça affiche semaines après semaines, match après match, sa supériorité et son statut de triplette inarrêtable. Sauf qu'à force d'être trop facile, elle en oublie parfois son efficacité. Face à Arsenal, Messi, Neymar et Suarez étaient évidemment au dessus. Mais à force de se faire des courbettes, de s'échanger des ballons à deux mètres de la ligne quand ceux-ci ne demandaient qu'à aller au fond, les trois larrons ont longtemps retardé la victoire des leurs. Et laisser espérer des Gunners qui se seront procurés de belles occasions sans avoir l'efficacité pour les transformer. Alors, ce qui devait arriver, arriva. Un contre mené à 100 à l'heure, un pénalty pour conclure les débats, et le Barça a déjà un pied et demi en quart de finale. Le tout, sans avoir exploité à 100% ses possibilités.

Le plan d'Arsène


Arsène Wenger l'a préservée. Soigneusement, quitte à se taper un replay de FA cup face à Hull City. Mais il faut que l'enjeu en vaut la chandelle. Car pour rencontrer ce Barça là, invaincu depuis des lustres et toujours plus impressionnant, il faut une équipe type prête à combattre durant 90 minutes. Dès lors, exits les coiffeurs du week-end, les vrais Gunners sont de retour. Giroud à la pointe de l'attaque, Coquelin et Ramsey à la récupération, Montreal et Bellerin sur les ailes, rien ne doit être laissé au hasard face aux Catalans. D'ailleurs, Tonton Arsène est venu avec son plan. Un plan simple, qui consiste à abandonner le ballon, à harceler le porteur, et surtout, compter sur ses flèches pour contre-attaquer la machine à gagner. Et d'entrée de jeu, le risque semble mesuré. Arsenal plante quelques banderilles lors des premières minutes pour marquer le coup, avant de tranquillement s'installer derrière le rond central.

Comme on dit, la peur n'évite pas le danger. Sauf que le Barça n'a pas encore les cannes pour transpercer la muraille rouge et blanche qui s'érige en face de lui. Suarez est invisible, Neymar tâtonne encore, tandis que Messi est sans…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant