Messi dans les pas de Maradona et Kempes

le
0
Messi dans les pas de Maradona et Kempes
Messi dans les pas de Maradona et Kempes

Messi, Messi, Messi et encore Messi. En Argentine comme au Brésil, il n'y en a que pour lui. Lionel Messi est le grand Monsieur du premier tour côté argentin et c'est plutôt une surprise, dans la mesure où « la Pulga », étincelant avec le Barça, a souvent eu d'énormes difficultés à se mettre au diapason en équipe nationale en Coupe du Monde. Passé complètement à côté du Mondial 2010, il laissait envisager de nouveau le pire au pays. Mais si l'Argentine peut aujourd'hui se vanter d'être toujours en course, elle le doit à son joueur vedette.

Plus aucun Argentin n'avait marqué dans les trois matchs de poule depuis 1958

Le quadruple Ballon d'Or a d'abord libéré son équipe face à la Bosnie-Herzégovine (2-1). Avant de la tirer ensuite d'une situation complexe lors du deuxième rendez-vous contre l'Iran (1-0). Mais Messi a encore frappé plus fort au match suivant avec un doublé face aux redoutables Nigérians (3-2). Une frappe limpide puis un coup-franc « messiesque » qui ont confirmé que le joueur barcelonais, premier Argentin depuis Corbatta en 1958 à marquer lors des trois matchs de poule, avait bel et bien décidé de se racheter de ses performances précédentes en sélection. Un nouveau visage qui laisse de nouveau espérer une victoire finale lors de ce Mondial. Ce qui n'est plus arrivé depuis l'édition mexicaine de 1986. A l'époque, le héros argentin se nommait Diego Maradona. Avec déjà quatre buts dans cette compétition. Messi marche d'ailleurs sur les pas de son illustre aîné.

Keshi : « Messi vient de Jupiter »

Un but de plus et le n°10 de l'Albiceleste rejoindra « El Pibe de Oro » sur les tablettes. Deux et il fera aussi bien qu'une autre légende du football argentin : Mario Kempes, auteur de six buts pendant le Mondial 1978 en Argentine. Pour Javier Mascherano, il n'y aurait rien d'étonnant à ce que son prestigieux partenaire batte tous les records au Brésil. « Il est en état de grâce », reconnaissait le coéquipier de Messi au Barça après le succès face aux Super Eagles (3-2). Un sentiment partagé par le sélectionneur nigérian, Stephen Keshi, envoyant lui son bourreau du jour sur « Jupiter » après la rencontre. Comme métamorphosé par l'arrivée d'Alejandro Sabella aux commandes (il reste sur 25 buts marqués en 28 matchs, contre seulement 17 lors des 61 précédents avec l'Argentine et un seul en 571 minutes disputées en Coupe du Monde avant ce Mondial 2014), Messi peut rêver de soulever la Coupe du Monde avec son pays. Comme Maradona et Kempes avant lui.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant