Messi, changement de cap.

le
0
Messi, changement de cap.
Messi, changement de cap.

Adulé par son public, impliqué sur le pré, discrédité par sa presse, devancé par Ronaldo, Lionel Messi vit des journées en forme de montagne russe. En quête d'un second souffle, la Pulga s'apprête à vivre des mois décisifs.

"Il regarde toujours une vidéo de nous sur internet et il me parle de toi". Ce "il", c'est Cristiano Junior, fils de. Et ce "nous" inclut Cristiano Ronaldo et Lionel Messi. En bonne diplomate – ou reine de la com' – qu'elle est déjà, la progéniture du triple Ballon d'Or portugais a réussi à rassembler les meilleurs ennemis de la planète football. Une phrase, lâchée juste avant le gala organisé par la FIFA à Zurich ce lundi, qui n'aurait sûrement pas filtré lors de la gloire sans partage de l'Argentin entre 2009 et 2012. Un signe d'un changement d'époque, aussi relatif soit-il, qui n'est pas favorable au désormais "second meilleur joueur du monde". Ce qui a pu paraître comme un léger coup de mou de Lionel Messi en 2013 relève finalement d'une passation de pouvoir avec CR7 le Merengue. Brutalement, il est descendu de son piédestal. Sa situation actuelle au FC Barcelone en témoigne : Léo n'est plus intouchable. Même parler d'un futur transfert n'est plus tabou. Son prix astronomique ne rebute pas les super-puissances de Premier League et la direction de Bartomeu semble ouverte au dialogue. Alors Lionel, comment vas-tu relever de tout ça ?
Le remède par un retour aux sources ?
Depuis sa mise au banc face à la Real Sociedad et sa gastro polémique qui s'en est suivie, Lionel Messi aurait trimballé son spleen toute la semaine dernière durant. C'est la presse catalane qui le dit. Ainsi, sa relation supposée conflictuelle avec Luis Enrique a trusté toutes les Unes des quotidiens Mundo Deportivo et Sport, pour ne pas les citer, avant le choc face au tenant du titre. Un 3-1 face à l'Atlético de Madrid plus tard, la Pulga a tenu à remettre les pendules à l'heure : "J'ai tout entendu ici, et normalement je ne démens rien. On a dit que j'avais une mauvaise relation avec Guardiola, avec Eto'o, avec Bojan. Et ce n'est pas vrai, je n'ai pas demandé à ce qu'ils virent l'entraîneur. Cela me fait mal parce que c'est sorti de Barcelone, de gens qui se disent supporters, et non de Madrid, comme ça a déjà pu être le cas. Il y a des gens qui veulent faire du mal au club". Une sortie face caméra qu'il a pu se permettre grâce à une prestation XXL. Le Camp Nou en avait presque perdu l'habitude : pendant 90 minutes, l'enceinte blaugrana a été suspendue aux accélérations et à l'intensité imposées par son Messi.

Plus qu'une réponse aux critiques,...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant