Messi a mal à son Argentine

le
0
Messi a mal à son Argentine
Messi a mal à son Argentine

Un premier tour de Copa América sans grands éclats, et ça recommence : Messi, qui fête aujourd'hui ses 28 ans, divise l'Argentine. Il ne la convainc pas. Parce qu'il n'est pas celui du Barca. Parce qu'il n'a rien gagné (d'autre que les JO et un Mondial Sub20) en bleu ciel et blanc. Parce que Diego Maradona. Mais aussi (surtout?), parce qu'il n'est pas assez argentin.

Le Barcelona est un bar comme on en trouve des centaines à Buenos Aires. Simple, ancien, nostalgique, propriété de petit-fils d'Espagnols et peuplé d'ouvriers et des habitués du quartier, celui de Chacarita. Sur les deux écrans qui se font face, Pipita Higuain, le buteur, répond aux journalistes. L'Argentine vient de décrocher la première place de son groupe grâce à un tout petit 1-0 contre la Jamaïque. Mais Charly, le serveur emblématique du lieu, l'a mauvaise. La performance de ses compatriotes ne lui a pas du tout plu. Sa cible principale : Lionel Messi. "S'il n'a pas envie de jouer, qu'il s'en aille. Il y a du monde pour le remplacer." Point de réaction autour des tables. Celle des fidèles est remplie de Quilmes, la bière locale, et de milanesas en tout genre, notamment en sandwich, "la spécialité de la maison".

Personne ne contredit Charly. "Avec le maillot du Barça, il leur en aurait mis 4 aux blackos", ajoute un de la bande, sûr de lui. Une scène habituelle, qui en dit long sur le malaise existant entre la star argentine et son pays, éternel insatisfait car désireux - ou persuadé - d'être le meilleur ("Si dans de nombreux domaines on pense être les meilleurs du monde, c'est encore pire lorsqu'on parle de football, et particulièrement de la sélection nationale", écrivait cette semaine Mariano Hamilton dans le magazine Un caño). L'Albiceleste compte dans ses rangs les meilleurs joueurs des plus grands clubs d'Europe, mais elle ne marche pas sur ses adversaires, y compris les plus petits. Elle possède le meilleur joueur de la planète, mais celui-ci n'est pas aussi renversant et décisif qu'avec le maillot blaugrana. Voilà cette Argentine en quart sans avoir eu à forcer son talent, et pourtant l'ambiance n'est pas au beau fixe. Son capitaine, sa star, d'abord homme du match (Paraguay), puis bon (Uruguay), puis discret (Jamaïque), ne se débarrasse pas des critiques.

"La mémoire collective ne vit pas des chiffres, mais des émotions

"

La relation entre Messi et l'Argentine n'a jamais été simple. Ce tout premier match face à la Hongrie, un soir de 2005, terminé en moins d'une minute suite à une expulsion étrange, mi-sévère mi-justifiée, était peut-être un signe de ce qui l'attendait. Un excès d'envie, d'espoir et de talent, pour une conclusion frustrante et décevante. A…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant