Messe de Noël : le pape François réclame «tendresse» et «douceur» face aux conflits

le
1
Messe de Noël : le pape François réclame «tendresse» et «douceur» face aux conflits
Messe de Noël : le pape François réclame «tendresse» et «douceur» face aux conflits

«Tendresse» et «douceur». Voilà les deux messages envoyés par le pape François ce mercredi soir lors de la messe de Noël depuis la basilique Saint-Pierre de Rome. Le souverain pontife , qui n'a jamais été aussi populaire en France, a demandé aux catholiques de faire face aux situations «les plus dures» en montrant de l'empathie pour les personnes en difficulté. 

«Seigneur, donne-moi la grâce de la tendresse dans les circonstances les plus dures de la vie, donne-moi la grâce de la proximité face à toute nécessité, de la douceur dans n'importe quel conflit», a-t-il lancé aux fidèles du monde, leur demandant de prier, même au milieu des difficultés, des conflits et des guerres. Devant quelque 5 000 personnes rassemblées dans la basilique Saint-Pierre, le pape François a prononcé une homélie au ton très religieux, lors d'une messe de minuit très solennelle, qui célèbre selon la tradition la naissance de Jésus dans la crèche de Bethléem.

«Comme le monde a besoin de tendresse !»

Il a exalté la figure de l'enfant Jésus, dont il avait dévoilé une statuette naïve au début de la cérémonie : «Comme le monde a besoin de tendresse aujourd'hui ! Avons-nous le courage d'accueillir avec tendresse les situations difficiles et les problèmes de celui qui est à côté de nous, ou bien préférons-nous les solutions impersonnelles, peut-être efficaces mais dépourvues de la chaleur de l'Évangile ?». 

En évoquant des «solutions impersonnelles et efficaces», il dénonçait des dérives de la société contemporaine mais aussi de certains dirigeants de l'Eglise, dont il avait vivement critiqué «l'excessive planification et l'indifférence envers les autres». «Les gens simples» ont vu «la lumière du don de Dieu» à Noël, mais «les arrogants, ceux qui établissent des lois selon leurs propres critères personnels, ceux qui assument des attitudes de fermeture ne l'ont pas vue», a encore fustigé le pape ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le jeudi 25 déc 2014 à 19:41

    Tendresse et douceur contre un sabre ou une AK47.